Algerie Sciences Cultures

août 24th, 2013

Où va l’Egypte ?

Poster par cuab in Uncategorized

Où va l’Égypte…

 

                      J’ai vécu et j’ai observé depuis une vingtaine d’années l’évolution de l’espace arabo-musulman. Les déceptions suivent les déceptions de ces peuples de cet espace, tantôt opprimés tantôt manipulés par des militaires avec toujours la bénédiction de l’ancienne puissance coloniale et des occidentaux en général pour avoir toujours la main mise sur ces peuples et leurs richesses. Le hasard ou une coïncidence de l’histoire, aujourd’hui, je viens d’entendre des informations je ne peux croire mes oreilles!  Les occidentaux dans leur majorité approuve un coup d’État en Égypte, maintenant les militaires de ces pays sont gentils et ils ont fait ce qu’il fallait et messieurs les donneurs de leçons où est votre démocratie votre liberté de parole, les droits de l’homme quand une poignée de militaires sanguinaires depuis des décennies se sont reconvertit en bons citoyens pour sauver leur pays, pour vendre la démocratie. Je savais que la démocratie occidentale est élastique mais, pas à ce point d’approuver un coup d’État militaire pour déloger et mettre un président élu démocratiquement en prison… J’ai pensé que dans vos constitutions et vos valeurs,  les coups d’État font partis du passés et plus jamais de dictat militaire. Dites moi où et quand les militaires ont étaient des démocrates, et quand les militaires ont résolus un seul problème économique ou politiques dans le monde, c’est toujours que connivences, intérêt et  magouilles…Et toujours des intérêts économiques et de l’argent se cache derrière chaque action des impérialo-capitalistes.

A ce que je sache le président MORSI est élu à presque 60% de la population de son pays, maintenant n’est plus populaire si vous appliquez cette thèse en occident plus un président ne reste plus d’une année  et  dites moi quel était l’écart entre monsieur Sarkozy et monsieur Hollande lors des dernières élection quelques 900 000 voix….Et pourtant  monsieur Hollande est devenu président de justesse et la démocratie a suivi son cours  tout en sachant que monsieur Hollande a échoué sur presque la majorité de ses engagements phares qui n’a cessé de nous matraqué avec pendant sa compagne électorale.

L’Egypte a de nouveau plongé dans un tunnel de violence politiques morales et économiques elle n’est pas sortie de l’Auberge. Les pseudos démocrates El BARADEI, Amr moussa etc. portés par les politiques occidentaux au nom de quoi, ils sont on capable d’avoir 5 %  des voix de la populations maintenant ils se portent comme des chef de file les portes drapeau des militaires. Qu’est ce qu’ils ont fait pour l’Egypte et le monde arabe, ils étaient dans les commandes depuis plus de trente ans l’un comme ministre des affaires étrangères de Moubarak et après secrétaire de la ligue arabe pendant plusieurs années il n’a même pas eu le courage de soutenir le premier ministre turc Tayeb RAJEB ARDOGAN lors de son interaction avec le président Shimone PEREZ rencontre de DAVOS.

L’Egypte de l’armée ne vit que par les aides des américains et les israéliens par procuration. On faisant une petite comparaison, entre l’Egypte et l’Iran les deux pays après trente de la révolution islamique en Iran ? L’Egypte est encore sous développée, l économie sous perfusion des forces étrangères, la pauvreté a gagné encore le pas sur ce grand pays qui n’a pas encore maitre de ses  décisions et ses orientations politique et stratégique, sur une partie de son territoire. D’autre part l’Iran qui vient de sortir d’une guerre atroce avec L’Irak. Une trentaine d’années  après est devenue une puissance économique militaire dans la région, sa parole est entendue et respectée, les iraniens ont développé une industrie militaire, pharmaceutique, automobile, pétrolière et nucléaire etc. Et en 2013, cette même Egypte après un soulèvement populaire où un espoir est né dans la raison après le soulèvement tunisien , les apprentis démocrates ont vu d’un mauvais œil ce virage populaire et indépendant dans la région, la solution se caché derrière une opposition libérale boiteuse en rupture d’idée, qui n’a récolté moins de 10 % lors des dernières élections présidentielles libre et démocratique égyptienne , malgré la tentative de la main basse que les militaires ont voulu faire pour changer le résultats pour le candidat du pouvoir miliaire et les nostalgiques de l’air Moubarak.  Les nostalgiques du régime Moubarak après une défaite sans appel lors des premières élections libres et démocratiques, ont essayé de perturber le nouveau président élu démocratiquement on agissant sur l’économie et les secteurs stratégiques pour aller vers le pourrissement de la situation et tout cette stratégie est béni par certains pays occidentaux qui n’ont pas digéré la victoire d’un camp qui ne partage pas leur vision de la politique ni de la société, ainsi la démocratie à l’occidentale a montré ses limites pour ne pas dire ses hypocrisies. Les éloges du printemps arabe et la poussée démocratique qui soufflent sur le monde arabo-musulman depuis deux ans de la part des ayatollah des plateaux de télévision des grandes chaînes de télévisons occidentales sont devenus muets devant les crimes contre l’humanité et les boucheries répétées que les généraux de la grande petite armée de l’Egypte qui fait de démonstration de sa force uniquement contre son peuple contre des civils qui manifestent sans violence et que les militaires veulent les pousser à commettre l’erreur de prendre les armes pour les afficher comme des terroristes à l’exemple algérien il y a deux décennies et les conséquences de l’intervention des militaires n’a rien réglé en Algérie si ce n’est plus de 200 OOO morts, une économie disloquée pour ne pas dire inexistante hormis les hydrocarbures, des milliards d’euros qui sont évaporé dans les destructions systématiques des grandes industries industrialisantes dont le pays, d’une économie en perfusion qui ne respire que par le niveau du prix du pétrole. Des sommes colossales dépensées pour le rachat du soutien des organisations satellites du pouvoir et les bénéficiaires des largesses du pouvoir et le rachat des voix pour des éventuelles élections jouées d’avance. L’Egypte est entrain de recommencer le scénario algérien tout en sachant que ce scénario mène uniquement à une impasse dont l’Algérie est témoins peut être encore plus pire car l’Egypte ne vit que par les aides des occidentaux, ce n’est pas un pays pétrolier comme l’Algérie qui a bénéficié des prix du pétrole qui sont restés élevés qui ont masqué la faiblesse et la gestion catastrophique de l’économie et de l’Etat;

Les grandes télévisions occidentales ont trouvé la naissance d’un bambin à Londres plus important que de parler des massacres en Egypte, de l’enterrement de la démocratie dans ce grand pays de la rive sud de la méditerranée. Oui cette démocratie élastique à géométrie variable selon la situation qui arrange les capitaux et idéologie dominatrice de l’occident. Ainsi les peuples de l’autre côté de la méditerranée et dans monde vont perdre espoir et confiance dans la vision occidentale de la démocratie et cherche ailleurs un autre salut pour leur survie.

Comment ont peut accepter que des personnes qui ne sont pas élues démocratiquement écrivent la constitution de toute une nation, comment on permet à des personnes nommées par une pages 21 x 27 comme le général Sissi décidé l’avenir d’une nation alors que les élus du peuples sont dans des prisons et des résidences surveillées ? Comment la France qui se dit pays des droit de l’homme nous rappelle la politique et les réactions politiques de l’URSS, ne montre pour les français que les images et les visions que le régime militaire veut monter, ou plutôt que ce qu’aiment montré, je suis déçu de cette France , je ne reconnais cette façon de traiter des médias français en particuliers et occidentaux en général, ah que disait Molière il y a plusieurs siècles ”   Commentez cette citation de Voltaire : je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. ?

Où sont les esprits libres de la France de cette maxime, où sont les vedettes des plateaux qui ont toujours donné des leçons de démocratie et de droit de l’homme. Depuis quand les forces démocratiques françaises adhérent à ce qu’armée de plus issue d’une dictature demande aux peuples de descendre manifester pour lui donner une délégation d’agir contre le banditisme et le terrorisme!?

Où sont les ayatollahs des plateaux de télévision sur la question égyptienne? quelle différence entre une personne qui assassine froidement des civils ( on dit que c ‘est un terroriste) et un général qui donne l’ordre de massacrer les civils qui manifestent pacifiquement , qui exprime leur opinion contre la main basse faite par les militaires après  révolution égyptienne qui a détrôné Moubarak et ses lieutenants et après une année les voilà les mêmes lieutenants de Moubarak qui reviennent par la fenêtre par un coup d’Etat  militaire pour garantir les intérêts des généraux et leurs familles et les forces impérialo-sionistes dans la région! Silence on tue en Egypte… On massacre des civils, on brûle des cadavres pour faire disparaitre toutes preuves contre la police te le militaires! Mais, soyez sûrs que les généraux égyptiens et à leur tête le bourreau Sissi seront juger  tôt ou tard et ils répondront de leur crimes contre des femmes, des civils, des journalistes  des jeunes ….Oui c’est un coup d’Etat pourquoi ce timide vocabulaire des occidentaux à l’exception de l’Allemagne, dont je respecte sa position, on est pour la démocratie ou on ne l’est pas, il n’y a pas de oui mais….

Avant hier plus de 650 personnes tuées par les fores du mal en Egypte et le monde réagit timidement où sont les ayatollah des plateaux de télévision, qui ont accablé les régimes de Gadafhi en Lybie de Bachar El Assad en Syrie ou même de Zine ABIDDINE en Tunisie , mais ce que les militaires et la police égyptienne a fait en deux jours ne l’ont pas fait ni ZINE ABIDDINE de Tunisie ni le Colonel Gadhafi en Lybie ,ni Abdallah Saleh du Yémen alors messieurs les dirigeants européens et américains c’est la compassion avec les criminels égyptiens et les preuves du massacres sont les plus flagrantes de tous les massacres ces dernières années partout dans le monde.

Et un minable de l’Arabie saoudite lève sa voix pour soutenir les massacres des musulmans et il les traite de terroristes les élus du peuples lui qui n’a jamais connu des élection libre et transparente et il ne connaîtra jamais. depuis quand l’Arabie saoudite est un Etat démocratique? Le plus pire régime dictatorial du monde arabe, un pays sous développé dans tous les domaines, quel droit de l’homme en Arabie saoudite la femme est inexistante, c’est un esclave au service des  misérables fortunés de pétrodollars. Et dans tout ça, les émirs de cet état dictatorial qui ne respecte ni les droits de l’homme ni de la femme ni des travailleurs émigrés qui sont considérés comme du bétail et les organisations internationales sont en silence radio devant cette situation.

Ah une déclaration qu’il faut retenir, celle du secrétaire de l’ONU monsieur BEN KI MOON , qui a demandé l’arrêt immédiat du massacre.

 Et si les démocrates et les esprit épris de justice laisse passer ce coup d’État militaire après des élections libre et sans fraudes ça sera une première qui ouvre la porte à tous les militaires de ces pays pour destituer tout président même élu démocratiquement si il ne s’aligne pas sur leur intérêts et cela si l’occident laisse passer le cas égyptien alors c ‘est l ouverture vers l’inconnu dans ces pays et un autre terrorisme plus virulent voit le jour qui ne laisse espoir à aucune solution pacifique faisons vite et arrêter les responsable du putsch militaire et surtout il faut juger les responsable des massacres de milliers d’égyptiens civils femmes enfants jeunes vieux parce qu’ils ont manifesté pacifiquement et dire qu’ils sont contre le coup d’État militaire….

A suivre….

 

Dr KENZY M  K

 

 

   .     

 

 

 

                    

 

février 2nd, 2013

Comment les bosniaques musulmans ont participé à la “perte” de la Bosnie !

Poster par cuab in Uncategorized

Comment les bosniaques musulmans ont participé à la perte de la Bosnie !
Un peu d’histoire récente : la Yougoslavie de Tito était une fédération de six Etats (Bosna i hercegovina, hravatska, makedonija, serbija, slovenija, crna gora) plus deux autonomies (vojvodina et kosovo), cet état fédéral était crée par Tito après la seconde guerre mondiale ; Comment fédéré des états qui sont culturellement et économiquement assez distant. La solution de Tito c’est éviter la question des religions, faire sortir la religion de la sphère politique pour réussir à unir le plus possible ses différents Etats, la Croatie a toujours regardé vers l’Italie et l’Allemagne une influence culturelle et linguistique beaucoup de mots employé en Croatie surtout la Dalmatie sont d’origine italienne, et le peuples est majoritairement catholique. La Slovénie la plus développée économiquement est très proche de l’Autriche culturellement et économiquement, un caractère germano-autrichien. La Bosnie et Herzégovine est un état majoritairement musulman, les vagues serbes et croate se sont implantés au fur des années en Bosnie surtout les zones frontalières. La Bosnie est culturellement attaché à la Turquie et certains pays musulmans, le bosniaque contient beaucoup de mots d’origine turque et arabe. Les fêtes et les traditions sont celles des pays arabo-musulmans. La population bosniaque était marginalisée des grandes décisions et des postes supérieures de l’armée à quelques exception près ainsi que les croates a un degré moins. Pour être bien vu un bon yougoslave il faut être partisan et communiste, montrer patte blanche devant le bureau local du parti communiste, ainsi beaucoup de bosniaque ont fait le choix délicat entre leur culture et leur religion et des postes au sein de l’armée ou du parti, un bon communiste ne peut aller ni à l’église ni à la mosquée ni à la synagogue.
La Serbie était l’Etat qui a profité de la yougoslavie, les grands politiques et les grands officiers de l’armée étaient en majorité serbe, LA JNA (jugoslavenska Naroda armija était plutôt de couleur serbe. Les hautes personnalités et les militaires serbes bénéficiaient de beaucoup de facilités pour passer ou même s’octroyer les plus belles villas sur la côte adriatique en Croatie.
L’Etat de Macédoine (macédoine) est un petit Etat multiethnique, des musulman, des chrétiens orthodoxes vivent ensemble dans le respect de chaque communauté. Mais une affinité socioculturelle existait entre la Macédoine, le Kosovo et la Bosnie par le fait qu’une bonne partie de ses populations sont musulmanes ou d’origine musulmane.
Dans la yougoslave de Tito ont vivait mieux que tous les pays du bloc socialiste, une liberté relative, une paix sociale maintenue, un niveau de vie et le point fort est la politique étrangère de Tito était le fer de lance de la yougoslavie au sein des pays non alignés et le monde en général, l’engagement de Tito à côté des pays qui luttaient contre le colonialisme et l’impérialisme a fait de lui le héro des pays non alignés et l’ennemi à abattre par les occidentaux. Des incidents graves politiques et militaires avec la France pour son soutien inconditionnel aux algériens pendant leur guerre contre le colonialisme français. La tenue de la conférence des pays non alignés à Belgrade, ses relations avec Nasser et Nehru les pères du mouvement non alignés. C’était la Yougoslavie de Tito lui le croate qui a échappé à des dizaines de tentatives d’assassinat par ses généraux dont sa femme colonel la serbe yovanka.
Un fait marquant même pendant la période de la Yougoslavie et après la disparition en mai 1981 du président Tito, une discrimination non déclarée et un regard de populations de seconde zone parfois moqueur parfois même méprisant vis-à-vis de la Bosnie, la Macédoine et le Kosovo, ces trois entités ont une culture musulmane et un comportement différents des autres populations composant la Yougoslavie. Sur les pièces d’identité souvent on fait référence à la nationalité serbe ou croate ou slovène, pour les bosniaques c’était serbe ou indéterminé dernièrement on mentionne musulmane.
L’équilibre socio-économique qui était déjà fragile au temps de Tito s’est rompu complètement après sa disparition, la présidence collégiale c’était un leurre. Les hostilités et main basse sur l’héritage de la Yougoslavie a commencé par Belgrade d’abord contre la Slovénie, le conflit a duré 24 heures car derrière la Slovénie il y avait l’Autriche et l’Allemagne. La Serbie voyait le danger arrivé, Milosevic (président de l’Etat serbe suggère à Tudjman (président de l’Etat de la Croatie) une réunion tenue secrète pour partager la Bosnie et éviter que le conflit prend d’autres dimensions internationales. Cette idée était déjouée par Izet BEGOVIC (président et opposant au totalitarisme de Tito.
Des mouvements de JNA (armée nationale de la Yougoslavie en avec des officiers supérieurs en majorité serbes) vers la Croatie, le peuples croates voyant le danger arrivé s’organise comme ils ont pu pour résister à l’invasion serbe. La guerre durera plus d’une année, presque toutes les villes frontalières ont étaient dévastées, plusieurs dizaines de milliers de morts et de déplacés. Dans ce conflit aussi les innocents familles serbes qui vivaient en Croatie ont subi des agressions criminelles par des croates.
Se libérer du joug serbe n’étant pas facile car les enclave et l’interpénétration des populations de part et d’autre des frontières rendait la tâche difficile, c’était une guerre, la Serbie qui a hérité de l’armée yougoslave de faite était plus armée et bien entrainée, le rapport de force était au début déséquilibré les serbes ont voulu obligé les bosniaque à les aider contre les croates ce que les bosniaque musulmans ont refusé catégoriquement. Là la Serbie prend acte que Le prochain Etat qui veut se libérer sera la Bosnie. Les croates petit à petit prenaient confiance et ils ont reçu des aides militaires et financiers par les pays occidentaux limitrophes.
La Croatie après une guerre rude se libère, la Serbie avec son armée se replie vers la Bosnie et prépare sa guerre contre la Bosnie, car la Serbie après avoir perdu l Slovénie, la Croatie ne veut pas perdre aussi la Bosnie.
Les dirigeants serbes rassurent les dirigeants bosniaques qu’il n’y aura pas de guerre en Bosnie et s’ils veulent leur indépendance ils l’auront. Entretemps les serbes de Bosnie qui d’origine n’étaient pas en Bosnie mais au fil des années durant le régime de Tito des milliers de serbes se sont déversés vers la Bosnie et ont occupés pas mal de territoires bosniaque. Les bosniaques musulmans naïfs ont cru à la fraternité et la solidarité de Tito, l’idée qu’un jour un serbe qui a vécu 60 ans avec les bosniaque musulmans leur voisin leur demande leur pièces d’identité et qui sont-ils ? Là c’est le cordon ombilical qui est rompu et les pauvres bosniaques musulmans sans armes sans moyens se trouvent encerclés par les troupes la JNA. Le président Izet BEGOVIC se battait bien que mal pour éviter le massacre de son peuple, mais l’Europe prend son temps pour voter des résolutions et laisse faire massacre après massacre en Bosnie, aucune aide ni des pays voisins ni de l’Europe, ce dernier voyait en la création de la Bosnie Etat indépendant à majorité musulmane d’un mauvais œil, le laisser faire résoudra peut être le problème à éliminer une grande partie des musulmans bosniaques. Des incidents montrent que la passivité des la communauté internationale dont la France de MITTERRAND qui a donné beaucoup de temps aux agresseurs responsables des atrocités commises dans l’ex Yougoslavie surtout en Croatie et en Bosnie des crimes de guerre, il a bloqué plusieurs fois des résolutions avec sûrement la bénédiction de certains dirigeants européens, l’idée d’un Etat musulman au sein de l’Europe est inimaginable. Le tournant de la guerre est venu des pays arabo-musulmans qui sot venus en aide à leur frères coreligionnaire. Le matériel de guerre et les combattants venus de partout du monde musulmans pour combattre cette les tchetnik (mercenaires serbes) et les ustasi (mercenaires croates) car en même temps les croates ont voulu profiter de la situation de guerre contre les musulmans pour donner un coup de poignard sur le dos de la Bosnie. Les massacres ont commencé sous le nez des soldats de l’ONU, des dizaines de Srebrenica se sont commis par les agresseurs criminels face à des populations civiles sans armes. La bataille et le siège de Sarajevo ont déjà commencé Heureusement que les bosniaques se sont organisés autour de leur foi, de l’Islam, victoires après victoire sur les serbes et les croates, les armes arrivés du monde musulman. Des dizaines de milliers de martyrs se sont sacrifiés pour que vive la Bosnie. Les armées des moudjahiddines bosniaques et arabo-musulmans ont marché sur les territoires serbe jusqu’aux portes de Banja Luka, mais là, les occidentaux ont décidé de stopper l’avance des bosniaques et les bataillons de moudjahiddines car la victoire sur les serbes à Banja Luka ceci dit que toute la Bosnie sera libérée des serbes agresseurs et ils seront repoussés vers la Serbie d’où ils sont venus il y a des décennies de cela. L’intervention européenne était grâce au président Chirac, ce qui a beaucoup aidé les bosniaques musulmans a évité d’autres massacres.
Les européens se sont pris par surprises de l’avancée des troupes bosniaques qui se sont bien armées et bien préparé. La seule solution pour les européens c’est d’intervenir, c’est ce qui s’est passé. Un Etat musulman en plein Europe ?
Les européens ne sont pas prêt de l’accepter et ne l’accepteront jamais, devant la détermination des musulmans bosniaques aidés par les combattants moudjahidines venus de partout du monde musulman, les européens et les américains sont rentrés dans la manœuvre de vider d’abord la Bosnie sous couvert d’aider les populations civiles musulmanes bosniaques ont les accueillant par milliers surtout femmes et enfants dans les pays occidentaux ont leurs accordant en 24 heures l’asile politiques dans l’intention de les dé culturalisés et dé islamisés, c’est ce qui s’est passé pour 50 % de ces vrais faux demandeurs d’asiles. Le fait que se sont e majorité que des femmes et des enfants qui se sont installées en occident, ces femmes dont une grande partie ont un faible niveau scolaire vite influençable, rester sans nouvelle de leur maris restés au front, elles ont basculées soit en fréquentant des hommes occidentaux chrétiens qui en toute simplicité le sont enroulées dans un cycle infernal schizophrène, elles savent pas quoi faire et s’abandonnent dans cette société occidentale qui est culturellement et cultuellement à l’opposé de leur culture et religion. Ils les encouragé à manger la viande porcine, boire de l’alcool et fréquenter les non musulmans au nom de l’intégration et le modernisme à l’européenne.
Résultat des courses, une petite partie qui tenaient à la Bosnie et la culture bosniaque musulmane elles ont opté pour un retour malgré les difficultés mais une grande partie d’elles ont abandonnées leur marie mort ou resté en Bosnie, et elles ont fréquenté les occidentaux chrétiens elles et leurs enfants suivent la mère et si par chance des maris ont rejoins leur femmes, ces hommes étaient déçus du comportement de leur femmes qui ont épousées des non musulmans ce qui implique perte de la communauté musulmane bosniaque de toutes ces familles et de leurs enfants. Donc un retour en Bosnie est presque impossible et c’est ce qui renforce l’idée que les serbes vont petit à petit occupés la grande partie de la Bosnie et laisser quelques sites pour les bosniaques musulmans venir faire le tourisme et gaspiller leur maigre économie qui ont économisé durant une année de travail. La bataille démographique est déjà gagné par les serbe et les croates qui eux au contraire n’ont pas migré à l’occident pourtant ils avaient la possibilité mais leurs stratèges ont bien calculé avec certains milieux européens pour bannir à jamais l’idée d’un état à majorité musulmane au sein de l’Europe. C’est triste pour les bosniaques qui ont cru que l’Europe les a aidé et sauvé en mettant fin à l’agression et le génocide, il faut être naïf pour croire à cette mascarade montée par les occidentaux avec la complicité des criminels de guerre des trois parties belligérantes. Qu’est qu’on peut attendre des bosniaque qui ont quitté leur pays forcé par la guerre inégale ce départ était dans les têtes temporaire mais après temps d’années même après les accords de Dayton les pays occidentaux acceptés encore l’asile des bosniaque !
La Bosnie, quels sont les résultats 17 ans après la fin de la guerre imposée par les serbes sur toute l’ex Yougoslavie ; un territoire qui a tous les ingrédients de l’éclatement de nouveau d’une guerre qui ne dit pas son nom, les accords de Dayton, sont des arrangements pour satisfaire le loup et le berger, du provisoire qui dure jusqu’à une nouvelle crise dans les Balkans. Comment la communauté internationale peut arriver à cette situation invraisemblable, permettre aux criminels de guerre d’avoir u Etat la ( Républika serbska) serbe au sein de la Bosnie et Herzégovine. Les serbes qui sont déclarés criminels de guerre ont commis leur massacre au nom de la république serbe donc point de vue droit international on ne peut permettre l’existence de la république serbe au sein de la Bosnie. Je rappelle qu’en ex Yougoslavie il n’y avait pas de guerre civile ni en Croatie en en Bosnie, mais une agression pure et simple par ce que les uns sont croates catholiques et les autres par ce qu’ils sont bosniaques musulmans. Des crimes racistes et xénophobes ont était commis au nom de la (republika serbska). Je vais juste rappeler à la communauté internationale, des allemands ont commis des crimes contre l’humanité et des génocides au nom de l’Allemagne nazis est qu’on a permis de donner un territoire à cette franche d’allemand nazis ? C’est le même sénario, alors la communauté il y a 60 ans n’a pas permis à des criminels de guerre d’avoir un territoire et ils sont traqués à vie, on vient de démasquer un nazis de 97ans en Hongrie ces jours ci où je suis entrain d’écrire cet article. Pour dire qu’on final, c’est déception sur déception pour les bosniaques et les croates, en conclusion les accords de Dayton est une illusion de paix, un cafouillage des nations unies, qui a s’est alignée sur des thèses des nationalistes serbe que c’est une guerre civile mais non un peuple sans armes est agressé par une armée pour ne pas dire la JNA ( jugoslavenska narodna armija ) l’armée de yougoslavie, armée jusqu’au dent, en face des pauvres civiles sans armes, les massacres de srebrenica sont témoins , des civils des femmes des enfants des vieillards massacré devant les yeux des soldats des nations unies !!!! Sans que cette dernière ne peut intervenir, pour quoi on n’a pas pu empêcher ce massacre ce génocide en Europe au 21 siècle. Ce sont des questions de je me poser et surement se posent tous les gens épris de justice et droit international. Tout est négatifs de bosniaque musulmans, sauf peut être qu’on ne tire pas encore sur eux. Cette Europe a organisée cet exode bien réfléchi par les nationalistes serbes ont pensé et l’ occident a réalisé une très grande partie des ces bosniaque qui ont bénéficié de l’asile politique dans les pays occidentaux surtout les enfants sont déconnectés de leur culture islamique voire même convertit au christianisme, malheureux la Bosnie a perdu à jamais ces enfants , ces musulmans bosniaques, ils ont enrichi les communauté respectives des pays d’accueil, alors que ces pays occidentaux ont le devoir de les encourager à conserver et respecter leur culture et un retour en Bosnie lorsque la violence s’arrête mais le résultats est contraire ; les enfants qui ont quittés en bas âge la Bosnie ne se souviennent de rien ils ont en grande majorité adoptés la culture des pays hôtes, pour les enfants qui sont nés ou naîtront c’est le point de non retour , ainsi la Bosnie a perdu tout l’effort qu’elle a entamer de rétablir sa culture bosniaco musulmane bafouée longtemps par les autorités de l’ex yougoslavie, pour que les générations future oublient ou garde que des souvenirs vagues de leur religion et leur culture musulmane pour des occasion festives. Et entre temps l’union Européenne continue dans son hypocrisie esthétique, les pourparlers avec la Serbie pour une éventuelle entrée en union européenne.

Quelle aberrance, tout est logique dans la démarche des européens, cette initiative suicidaire pour les bosniaques était possible qu’avec l’adhérence d’une partie des bosniaque musulmans qui se sont installés en occident en pensant réaliser quelques mosquées ici et là en Europe sauveront la Bosnie de la phagocytose serbe et croate. Voilà une partie de la réponse « pourquoi et comment les bosniaques ont perdu la Bosnie »
Dr KENZY K

.

août 15th, 2012

Algérie: un autre regard

Poster par cuab in Uncategorized

L’autre regard des choses : Algérie 1er juin

2012

L’Algérie pays énigme, parmi les plus riche d Afrique et de l’espace  monde arabo-musulman et en même temps une grande partie de la population vit dans la précarité économique, sociale et culturelle. Dieu merci l’Algérie s’est préservée des turbulences  du printemps arabe, pas par mépris des révolutions légitimes des peuples arabes mais l’expérience des deux  décennies noire et rouges ont fait réfléchir les algériens sur ce qu’ils doivent faire pour un changement dans la paix et le dialogue, ça va durer mais ils changeront eux et leurs enfants un jour….  Car l’Algérie est plus grande pour se résumer à ces stations perdues dans l’histoire.

En Algérie on veut changer les choses, c’est décidé de laisser la place à de nouveau visages, aux jeunes générations, ceux qui n’ont pas connu la guerre de libération, donc plus jamais le fameux joker de la légitimité historique. Quoi de neuf pour changer, les autorités algériennes veulent des élections libres où tout un chacun peut accéder aux destinée du pays par les urnes.  Silence on parle des élections libres et démocratiques en Algérie d’après l’union européenne ! Je ne sais pas si les observateurs dépêchaient par l’union européenne étaient dans le même pays en question ou ailleurs ou c’est normal que les élections se déroulent ainsi dans un pays du sud . Et le pire dès la proclamation des résultats, la porte parole de l’union européenne, déclare que l’élection en Algérie s’est déroulé dans des meilleures conditions et vive la démocratie à l’Algérienne où le pouvoir est transmis de père en fils pardon de papa FLN au fils FLN au petit fils FLN et un beau fils RND.

Et encore personne ne s’est demandé pourquoi sept personnes sur 10 n’ont pas vu nécessaire de se déplacer pour voter !!!

Le président A. BOUTEFLIKA  a promis le passage du flambeau aux nouvelles générations et qu’il est temps de voir l’Algérie autrement qu’une vache à lait  dépendant des hydrocarbures. Les bonnes intentions du président ne suffisent pas pour changer les mentalités,

Un effort considérable était fait par le président A. BOUTEFLIKA depuis qu’il a pris les règnes du pouvoir, mais les séquelles du système n’ont pas cessé de lui mettre les bâtons dans les roues.

Où le paradoxe algérien, pays riche où vivent un peuple pauvre ! Trouver l’énigme ?

C’est là la vraie question, certes l’Algérie n’a pas connu le printemps arabe mais elle a depuis deux décennies connu son printemps berbère, sa révolte des toutes les ruptures avec le système Etat-FLN avec le concours de toutes les forces nationaliste islamistes , oui c’est sa première révolution non conformiste qui a voulu ne plus parler de la légitimité historique, qui a planté l’Algérie pour des décennies, la médiocrité sur tous les plans, ils ont détruit la culture et l’agriculture, la femme et l’éducation, l’enseignement et les universités. Si on fait un arrêt sur image des députés de l’assemblée nationale depuis l’indépendance, une bonne partie de cette population algérienne n’est pas représentée, marginalisée soit par leurs idées politiques, par leurs revendications socio-économiques ou leurs appartenances ethniques.

L’homme algérien ne se reconnait plus dans ce puzzle hybride importé, qui a fait du grand pays révolutionnaire riche par ses enfants, son sol et son sous sol, l’un des pays qui est resté à la marge du développement , la pauvreté est toujours présente partout, la décadence culturelles est visible dans les instituts et maison de cultures qui ont poussées comme des champignons pour créer des postes administratifs pour les copains, les copines et leur acolytes.

Quel projet de société pour cette Algérie de demain…

L’espoir de l’Algérie réside sur sa jeunesse, son esprit de créativité et sa volonté de changer la donne de la dépendance des hydrocarbures qui sont un handicap pour un essor sein et serein d’un développement économique et social de l’Algérie. Laissez la place aux jeunes messieurs les révolutionnaires, on vous remercie de votre combat pour la libération du pays, mais, la lutte pour le développement du pays obéit à d’autres facteurs que le fusil, à chacun son temps et à chacun son rôle. Je suis né depuis cinq décennies, j’ai vu des responsables de l’Algérie des années 60, et après 50 ans c’est toujours les mêmes responsables Voir l’erreur …..Nous étions enfants petits et maintenant notre génération est cinquantenaire et l’Etat FLN avec le même visage est toujours là ! Malgré le grand matelas financier dont jouit le pays depuis que le prix du baril a survolé les 100 dollars, où est partie cette manne financière, comment est gérée, est ce que le citoyen algérien a bénéficié de ces milliards de dollars qui dorment dans les banques américaines et européennes.

On juge l’ Etat de santé socioéconomique sur cinq critères importants ; le système éducatif, le rôle de la femme, le système de santé, les réseaux routiers et l’agriculture. Après cinquante ans d’indépendance et le grand martelas financiers des hydrocarbures, le résultats est décevants : le système éducatif est devenu une grande garderies des enfants, une salle d’attente des futurs chômeurs, les universités ne jouent plus leurs rôles, le niveau des étudiants très médiocre, l’encadrement très limité, on recrutement des licenciés ou des ingénieurs pour former des ingénieurs et des cadres supérieurs, les docteurs sont rares dans les universités, les laboratoires de recherche n’ont que le nom dépourvus de toutes recherche. Les décennies noire a accélérée le départ d’éminents professeurs et chercheurs que Les autorités algériennes n’ont presque rien fait pour les faire retourner au pays.

Le rôle de la femme et sa place dans la société, est encore loin, elle est cernée dans le rôle de production et de décors, son éducation dépend du bon de la bonne volonté du père ou du tuteur, éduquer les générations futures est une grande tâche qui nécessitent beaucoup d’efforts intellectuel, moral, communicationnel et se basant sur des valeurs de l’islam.

L’échec est flagrant, le niveau scolaire est médiocre par rapport aux grands investissements des infrastructures et les moyens financiers. Le niveau scolaire a baissé, dans tous les niveaux, ce qui inquiète c’est au niveau des universités, la création d’université presque dans chaque wilaya, a contribué à affaiblir encore le niveau et les moyens mis en place. Peut être les autorités ont eu des bonnes intentions pour approcher l’université aux étudiants des régions éloignées mais c’est les moyens humains et matériels et le niveau qui pris le coup.

Dr KENZY KADDOUR

A suivre…

août 15th, 2012

Démocratie élastique à l’européenne, Bosnie un autre regard des choses par Dr KENDZI k

Poster par cuab in Uncategorized

L’autre regard des choses : 1er juin2012

Je suis très surpris par la réaction des pays occidentaux sur le cas de la Syrie, on dirait qu’ils ne retiennent pas les leçons de l’histoire, on entend des voix qui encouragent et incitent les Etats européens à une intervention militaire possible  en Syrie, mais pour quoi faire, encore des morts innocents parce qu’ils se trouvaient dans les mauvais lieux et aux mauvais moments, pour déloger un dictateur, pour chercher de nouveaux marchés économique, par nostalgie à une certaine hégémonie perdue il y a longtemps…Parler droits de l’homme c’est  beaux les droits de l’homme ! Mais quel homme ? L’arabe, le musulman, le chinois, le russe, l’africain….

Le fait marquant, pour les occidentaux la démocratie et les droits de l’homme sont élastiques suivant les pays et le contexte. Allant au concret, ce qui passe en Tchétchénie n’est pas moins atroces que se qui se passe ailleurs, mais que des condamnations timides de quelques associations, heureusement qu’une journaliste collaboratrice de RMC info nous a informé un peu de ce qui s’est passé et ce qui se passe là-bas, un travail professionnel et impartial.  Malgré les cries de détresses de ces femmes, de ces enfants et de ces personnes âgés sans défense et tous ces civiles qui sont péris et périront encore n’ont pas mobilisés les dirigeants européens pour agir ou expulser les ambassadeurs. Oui c’est normal car l’agresseur est plus habile pardon plus fort peut être parmi les grands, donc surtout il ne faut pas toucher ni parler des droits de l’homme. D’autres disent même que c’est une affaire intérieure, et après tout ce n’est que des musulmans indépendantistes, comme en Bosnie. En parlant de la Bosnie, quels sont  les résultats  17 ans après la fin de la guerre imposée par les serbes sur toute l’ex Yougoslavie ; un territoire qui a tous les ingrédients de l’éclatement de nouveau d’une guerre qui ne dit pas son nom, les accords de Dayton, sont des arrangements pour satisfaire le loup et le berger, du provisoire qui dure jusqu’à une nouvelle crise dans les Balkans. Comment la communauté internationale peut arriver à cette situation invraisemblable, permettre aux criminels de guerre d’avoir u Etat la

( Républika serbska) serbe au sein de la Bosnie et Herzégovine. Les serbes qui sont déclarés criminels de guerre ont commis leur massacre au nom de la république serbe donc point de vue droit international on ne peut permettre l’existence de la république serbe au sein de la Bosnie. Je rappelle qu’en ex Yougoslavie il n’y avait pas de guerre civile ni en Croatie en en Bosnie, mais une agression pure et simple par ce que les uns sont croates catholiques et les autres par ce qu’ils sont bosniaques musulmans. Des crimes racistes et xénophobes ont était commis au nom de la (republika serbska). Je vais juste rappeler à la communauté internationale, des allemands ont commis des crimes contre l’humanité et des génocides au nom de l’Allemagne nazis est qu’on a permis de donner un territoire à cette franche d’allemand nazis ? C’est le même sénario, alors la communauté il y a 60 ans n’a pas permis à des criminels de guerre d’avoir un territoire et ils sont traqués à vie, on vient de démasquer un nazis de 97ans en Hongrie ces jours ci où je suis entrain d’écrire cet article. Pour dire qu’on final, c’est déception sur déception pour les bosniaques et les croates, en conclusion les accords de Dayton est une illusion de paix, un cafouillage des nations unies, qui a s’est alignée sur des thèses des nationalistes serbe que c’est une guerre civile mais non un peuple sans armes est agressé par une armée pour ne pas dire la JNA ( jugoslavenska narodna armija ) l’armée de yougoslavie, armée jusqu’au dent, en face des pauvres civiles sans armes, les massacres de srebrenica sont témoins , des civils des femmes des enfants des vieillards massacré devant les yeux des soldats des nations unies !!!! Sans que cette dernière ne peut intervenir, pour quoi on n’a pas pu empêcher ce massacre ce génocide en Europe au 21 siècle. Ce sont des questions de je me poser et surement se posent tous les gens épris de justice et droit international. Tout est négatifs de bosniaque musulmans, sauf peut être qu’on ne tire pas encore sur eux. Cette Europe a organisée cet exode bien réfléchi par les nationalistes serbes ont pensé et l’ occident a réalisé une très grande partie des ces bosniaque qui ont bénéficié de l’asile politique dans les pays occidentaux surtout les enfants sont déconnectés de leur culture islamique voire même convertit au christianisme, malheureux la Bosnie a perdu à jamais ces enfants , ces musulmans bosniaques, ils ont enrichi les communauté respectives des pays d’accueil, alors que ces pays occidentaux ont le devoir de les encourager à conserver et respecter leur culture et un retour en Bosnie lorsque la violence s’arrête mais le résultats est contraire ; les enfants qui ont quittés en bas âge la Bosnie ne se souviennent de rien ils ont  en grande majorité adoptés la culture des pays hôtes, pour les enfants qui sont nés ou naîtront c’est le point de non retour , ainsi la Bosnie a perdu tout l’effort qu’elle a entamer de rétablir sa culture bosniaco musulmane bafouée longtemps par les autorités de l’ex yougoslavie, pour que les générations future .se que Et entre temps l’union Européenne continue dans son hypocrisie esthétique, les pourparlers avec la Serbie pour une éventuelle entrée en union européenne.

Le comble des ayatollah des plateaux de télévision et de l’opinion des classes dirigeantes en occident, on tue des personnes hommes femmes enfants vieillards en Birmanie pour le seul motif se sont des musulmans et personnes ne bouge même pas un simple condamnation des l’union européenne l’ONU  on parle même pas , ils s’acharne sur le cas de la Syrie , mais messieurs les champion de la démocraties à la Boubka ( en référence au champion du monde et olympique au saut à la perche, on saute d’une démocratie à une autre suivant la tête du client) la démocratie élastique. En Birmanie ce n’est pas grave se sont des musulmans qu’on tue, et il ne faut surtout pas fâcher la  grande démocrato-dictature d’orient la chine.

Et je me demande comment les marionnettes de certains pays arabes que s’érigent ici et là pour promouvoir la démocratie à l’occidentale, ils détruisent un par un les pays du refus de la résistance pour épouser les thèses américano-sionistes qui se sont infiltrées au nom du printemps arabe dans les différents projets de sociétés dans les espaces africano-arabo-musulmans.

Où sont ces pays qui forment un angle plat avec la démocratie du moyen orient sur ce qui se passe en Birmanie ? Les pays suivistes des thèses des ratés de l’occident, jadis pays des lumières, actuellement ils vendent leur peau pour un geste économique la chine ou ses pays pétrodollars. C’est triste, d’arriver à cette situation…

La Bosnie, un territoire où ni la culture, ni l’économie ni la politique ne sont au rendez- vous, les habitants vivent comme dans des ghettos, aucune confiance entre les communautés, les prémices d’une seconde mi-temps de violence n’est pas à exclure, si l’Europe n’agit pas vite pour intégrer la Bosnie dans le giron européen. L’Irak, les occidentaux ont laissé un pays dévasté, les tensions communautaires sont en exponentielles, l’insécurité partout , un pays pétrolier riche sur la géographie, il mendie quotidiennement, le pays est revenu 100 ans en arrière si on compare la période Saddam, je ne fait pas l’apologie des dictateur mais la réalité est la, les occidentaux ne lisent pas l’histoire récentes, les sirènes des interventions militaires et autres  sont faites au nom de quoi je ne sais pas , mais l’idée de monter ses gros bras vis-à-vis des certains pays faibles pauvres est un consensus des occidentaux mais pour intervenir dans des pays où la dictature est la règle comme la chine, la Russie, Ukraine , Biélorussie, Israël  pays colonisateur et agresseur d’après les résolution de l’ONU entre autre la 442,on a assisté à des massacres en directe des populations civiles palestiniennes, là l’occident déplore les victimes sans aucune condamnation, l’intervention il ne faut pas rêver ! Les voix sont taisent, ou trop timides voir inexistantes. Je suis assez souvent des interventions de gens qui se proclament des spécialistes du monde arabo musulman, pour moi il n’y a pas de monde arabo-musulman mais l’espace arabo-musulman, ils disent n’importe quoi , il invente des vocabulaires pour taxer les uns par une telle étiquette d’autres par d’autres , enfin il n’ont rien compris sur cet espace, même les marionnettes qu’on appelle de cet espaces et qui vivent en occident sont dans la même vague d’ignorance de la réalité des choses, ils sont déconnectés des vrais enjeux.

Si la démocratie c’est d’arriver où sont arrivés actuellement les occidentaux non merci, presque pas d’état, pas d’autorité, celui qui a l’argent peut faire tout même acheter le pays !!!

Il faut inventer une autre culture démocratique, saine, juste et non hypocrite, une démocratie à la carte suivant les pays. Comme par hasard, certains disent même il vaut mieux une dictature militaire dans cet espace qu’une démocratie venue des urnes qui ne danse  pas sur le même des occidentaux, les valeurs humaniste sont élastique suivant dans quel espace nous sommes.

Un exemple sans ambigüité de l’élasticité de la démocratie à l’occidentale, c’est le cas de la Palestine, lorsque Hamas a gagné les élections toutes les capitales occidentales l’ont boudé et même boycotté ! Pourquoi le seul crime de ces palestiniens c’est d’avoir élu à la tête de l’autorité palestinienne les meilleurs pour l’instant dans l’espoir de les conduire au rêve tant attendu depuis des décennies c’est la création de l’ Etat palestinien  libre et démocratique, cet Etat que les accord de David ont bafoué depuis plus de 20 ans, une politique voulu par l’occupant israélien avec la bénédiction des occidentaux lorsqu’il s’agit de la colonisation israélienne , silence radio , j’aimerai bien entendre Hollande défendre la liberté et les droit de des nations unie la résolution 442 qui est sur le papier depuis plus de 50 ans . Que de se focaliser sur la Syrie, laisser les syriens résoudre leur problème entre eux, on oublie ce que l’intervention des occidentaux a fait comme dégâts en Irak, en Afghanistan, en Lybie, etc. …

Le flambeau du refus de la reconnaissance de l’Etat d’Israël du moins  sous la forme actuelle. Pourquoi cette froidure envers les cris des indigènes, des pauvres, des peuples qui veulent vivre libres dans leur pays dans leur terre, dans leur esprit …

Il faut bien revoir avec humilités l’histoire récente, les cultures sont différentes mais en aucune façon, on ne peut mettre une échelle de valeurs. Les occidentaux veulent que toutes les populations du monde entier  voient et interprètent toutes les informations, les événements, avec la même grille culturelle, ils veulent imposer une standardisation des valeurs leurs valeurs mais non le monde ne peut pas marcher ainsi.

Merci aux différents mouvements démocratiques qui bataillé depuis des décennies contre des dictatures qui ne disent pas leur nom, ce n’est pas loin, la France et les pays occidentaux faisaient le mérite du pouvoir MOUBAREK, il le nomme par le Rais….Le tapis rouge déroulé pour ce dictateur qui a tué, ruiné son peuple, pour plaire à une certaine vision de la démocratie occidentale.

Et après tout ce cirque pédalo-politique des voix encore crient au loup concernant la Syrie et l’Iran, mais est ce que ces pays se sont autoproclamés défenseur des libertés lorsque les indignés se sont réveillés ici et là en Europe.

Concernant, l’Ayatollah des plateaux de télévision, un grand philosophe, qui se permet sans aucune scrupule d’affirmer qu’il a participé à la libération de la Lybie, et qu’il a réalisé un film sur la Lybie, j’aimerai bien qu’il aura la même énergie pour la libération de la Tchétchénie, du Tibet, et un jour de la Palestine. On se rappelle bien du conflit en Géorgie, où était les ayatollahs des libertés et de la démocratie….Ah pardon, derrière il y a la Russie ; un pays « démocratique », pays des libertés un pays allié à l’occident surtout il ne faut pas aventurier…

Et on connait les résultats de ce conflit, silence pour une fois l’histoire se déroule hors des pays du sud.

KENDZI K

A suivre….

décembre 25th, 2009

La Serbie Etat protecteur des criminels de guerre est récompensée par l’Union Européenne pour sa sale besogne en Croatie , en Bosnie et en Kosovo…Par kENDZI kE

Poster par cuab in Uncategorized

La Serbie Etat protecteur des criminels de guerre est récompensée par l’union européenne pour sa sale besogne en Croatie , en Bosnie et en Kosovo…

Le tapis rouge pour les criminels…silence on tue des européens…musulmans à deux heures de vol de paris,surtout pas de référendum pour la Serbie ….

Pourquoi les ayatollah de la démocratie en France ne demande pas un référendum pour une éventuelle admission de la Serbie en EU, Cette Serbie qui a commis les massacres les plus atroces depuis la seconde guerre mondiale,,,Cette Serbie qui a protéger et protège encore les criminels de guerre dont on sait parfaitement où ils sont… Cette Serbie qui a humilié les forces de pays hollandaise à srebrenica,,,Silence on tue à srebrenica,,,des européens,,,musulmans,,,,

La France un pays laïc ? Je ne pense pas, un pays laiciste oui!!!Pour quoi la France n’est plus un pays laïc mais un pays laiciste…

On remonte un peu l’histoire, la révolution française et la loi de 1905, séparation de la religion et de l’État. C’est une bonne qui fera progressé la république et faire de la France un pays où tout un chacun a sa place , la religion est une affaire personnel… Depuis la communauté musulmane était invisible..Ils sont biens dans les tranchés,,,les deux guerre mondiales ont arrachées à la fleurs de l’âge des centaines de milliers de musulmans dits français à confection musulmanes …entre temps les extrémistes serbes s’aligner avec les allemands contre l’Europe démocratique et libre…

Quelles sort de l’histoire et du hasard… Ces musulmans français après un demi siècle sont les plus marginalisés, pour ne pas parler de comportement raciste envers cette communauté qui a combattu à côté de la France et après un siècle d’histoire commune des personnes se réveillent d’un seul coup et parle de l’identité nationale … On sait que toute cette mascarade vise uniquement les français musulmans ou d’ immigrés mais de quels immigrés parle-t-on , la troisième et la quatrième génération on parle encore d’immigrés, mais ces gens là oublient qui sont ces français de souche ils faut les trouvés, sûrement ces nouveaux ayatollah de la démocratie ne font pas partie de cette souche… revenant messieurs les ayatollah de la nouvelle démocratie à l’histoire…N’oubliez jamais que c’est Mariano, pérez, Juan, Ahmed, Ali, Mamadou, Chuan ces immigrés qui depuis des siècles ont construit ce qui constitue aujourd’hui la France, les grands ouvrages de Paris et ailleurs, le métro , les routes, les bâtiments, les écoles, les cultures et les arts et les sports qui ont fait la fierté de la France d’avant et d’aujourd’hui…

Ils étaient cherchés chez eux au Maghreb, en Afrique , au Vietnam , en chine , les îles ….par les gouvernements successifs pour venir en France ils n’ont jamais demandé de venir s’installer ..

Où sont par les ayatollah de la démocratie à la françaises pour expliquer à ces jeunes générations qui n’ont jamais connu l’histoire réelle de leur pays et pourquoi la France est multiculturelle et c’est là sa force mais pas dans des débats stérile et hypocrite que certains veulent faire leur cheval de bataille…

Pour la Turquie waou il faut un référendum pour l’entrée de ce grand pays en EU mais pas pour des pays aussi sous développés ( roumaine , Bulgarie, etc…) à un niveau de vie inférieur aux pays maghrébins…

C’est pour ces raisons brèves qu’on ne peut pas dire que la France est laïque mais laiciste , car elle a une islamophobie…

Je dis aux ayatollah de la démocratie française , que ces pays sous développés de l’Europe de L’est sont admis uniquement par ce qu’ils sont chrétiens!!!!!!

J’aimerai bien savoir les opinions des personnes qui se sont autoproclamés spécialiste de l’islam et du monde arabo musulmans , ces vedettes qui occupent en permanence les plateaux de télé pour ne rien dire ou plutôt dire des aberration par ignorance sur le monde islamique et arabo-islamique , un parti pris peut être pas par intention mais par leur nature eurocentriste et et leur compréhension erronées de la pensée islamique.

J’ai aimé ne jamais écrire ce papier mais l’aberration des ayatollah de la démocratie en Europe me font réagir pour leur monterai qui ne sont ni démocrates, ni laïcs mais ils sont laicistes , car ils réagissent pour éliminer une composante intégrante de l’histoire de la république française qui était là quand les pays de l’Est ont comploté contre la France …Et ils complotent actuellement sous d’ordre formes encore pire pour dissoudre définitivement la république….

On dit que l’histoire se répète…..

Lorsqu’on élimine un citoyen à cause de son appartenance religieuse , ce n’est plus de la laïcité mais de la laicissité...

A suivre KENDZI Kaddour

décembre 21st, 2009

L’environnement et l’Afrique par Dr KENDZI Kaddour CUAAB Université bordeaux

Poster par cuab in Uncategorized

L’environnement et l’Afrique

Dr KENDZI Kaddour

C U A A B Université Bordeaux3

 

La question de la forêt mobilise autant le cœur que la raison, elle est ressentie comme un espace de liberté,de vie,de nature et de mystère. C’est dans la forêt que siège la peur et l’espoir en même temps, c’est le cœur battant du développement et de l’activité humaine,abritant l’Homme du berceau au cercueil. La forêt et par elle le climat, la nature tout court, a des lois que l’homme doit respecter,parce qu’elles nous dépassent, tout déséquilibre sera payé tôt ou tard par les générations actuelles ou futures.

Un développement responsable, mais pas durable, s’impose de lui-même dans le 21 éme siècle. L’environnemental, le social, l’économique doivent se conjuguer ensemble et en harmonie, un principe que les nations unies prône depuis une décennie, pour sauver la planète ! Ce mécanisme vertueux qui veut que l’on réponde aux besoins du présent sans compromettre l’héritage des générations futures,c’est la définition que BRUNTLAND1 a donné au développement durable en 1987. la forêt et le changement climatique occupent une part très importante dans ce mécanisme de développement soutenable. C’est cette idée de développent soutenable que nous préférons que le développement durable contient en lui même un oxymore, le développent ne peut être durable peut être soutenable mais pas durable. Actuellement c’est expression à la mode chère aux politiques le développent durable , quelle aberration que les pays du sud sont à leur tour de suivre cette aberration c’est la mode. On vient de voir combien ces politiques sont loin de la réalité, leur égocentrisme les aveugle….Copenhague est une illustration de cette utopie des politiques .

Comme presque pour tous les malheurs, l’Afrique est encore le continent le plus vulnérable et le moins préparé. «L’Afrique sera la plus durement frappée»2, les effets du mauvais climat vont se greffer à la liste des maux qui sévissent, déjà, sur le continent guerre,famine,exode,migrations,maladies,le sida, le paludisme,et fléaux sociaux,etc.. . Avec les changements climatiques annoncés, les pays africains devront faire face à des inondations plus fréquentes. Pour les scientifiques, le cas de l’Afrique est d’autant plus inquiétant ; que son écosystème est vital pour la survie de ses populations ! Plus de 70% des Africains comptent sur leur milieu naturel pour se nourrir ou se soigner. L’économie du continent est aussi menacée. Car, elle est basée, essentiellement, sur une production primaire sans valeur ajoutée significative, comme les mines et l’agriculture. C’est cet équilibre que va briser le changement climatique.
Selon les mêmes prévisions, les villes africaines comme Dakar et d’autres, encore plus importantes, situées sur les côtes, risquent de se transformer en marécages avec la montée du niveau de la mer.
Des réfugiés climatiques feront leur apparition sur le continent. Selon les estimations d’une ONG
3, la terre compte,déjà,25 millions de personnes forcées de quitter leur habitat sous les caprices du climat.Le Kenya pays du Nobel de Paix pour l’environnement,notait « la fonte du bonnet de beigne qui coiffe le Mont Kenya est devenu un sujet de grand-place. Les terres les plus fertiles du pays sont menacées d’inondation. Ce qui les rend impraticables à l’agriculture. Dans ce pays, des conflits meurtriers surviennent entre communautés pour l’accès ou le contrôle de ressources devenues rares»4.


Faire face à des telles menaces demande beaucoup de moyens. Selon les estimations, l’Afrique devra débourser l’équivalent de trois fois ce qu’elle reçoit en aide, pour contrer les effets du changement climatique,le FMI est crée pour aider le pays en développement mais en réalité c’est pour les endette encore plus et leur dicter une économie de marché qui correspond aux bailleurs de fonds occidentaux . C’est pourquoi à Nairobi, les Africains sont venus, également, réclamer l’argent qu’on leur avait promis, il y a cinq ans, à Marrakech.
L’enjeu de cette douzième Conférence des parties, est de pousser les pays riches et gros pollueurs, à mettre la main à la poche. Il y a cinq ans, les pays du Nord s’étaient engagés à pourvoir des fonds supplémentaires de 410 millions de dollars américains, chaque année,en faveurs des pays pauvres, rien de concret n’est fait.
Le «fonds d’adaptation» destiné à financer des projets dans les pays du Sud tardent à devenir réalité. Le «fonds de changement climatique» souffre aussi de manqué volonté. La seule opportunité qui reste à l’Afrique est le fameux mécanisme de développement propre (MDP). En vertu du principe du pollueur payeur, le MDP prévoit le financement de projets et l’achat de stocks de carbone par les pays industrialisés.

Le climat africain risque de devenir de plus en plus variable et, globalement, de plus en plus sec. Certes, la situation n’est pas la même à l’est du continent généralement plus humide et au Sahel généralement plus aride. De plus, elle peut changer d’une année sur l’autre. Mais la tendance dominante est au réchauffement et à une baisse des précipitations qui devraient aggraver l’accès à l’eau. En 2025, quelque 480 millions d’Africains risquent de connaître de réelles difficultés parce qu’ils vivront dans des régions aux ressources en eau insuffisantes. 70 millions d’autres, vivant dans les zones côtières, devront sans doute les quitter, vers 2050, du fait de la montée du niveau de la mer5.En conséquence de cela, la superficie des terres souffrant de “graves limitations environnementales”, c’est-à-dire difficilement cultivables ou habitables, devrait progresser au sud du Sahara, passant de 80 000 à 600 000 km2. Ainsi, “les impacts du changement climatique pourraient largement bloquer les efforts de développementdansdessecteurs-clés”,selon un des rapports.

L’agriculture, déjà fragile, devrait en souffrir un peu plus alors qu’elle constitue l’activité de 70 % des Africains. Une dégradation de la sécurité alimentaire est donc à craindre tandis que la demande dans ce domaine va doubler dans les trente prochaines années du fait de l’augmentation de la population. L’importation de produits agricoles venant des pays du Nord sera sans doute parallèlement devenue plus difficile, par la mise en culture de terres agricoles au profit des biocarburants. La sous-alimentation, pour ne pas dire les famines chroniques résultant de cette situation, favorisera l’expansion des maladies tropicales-choléra, paludisme – elles-mêmes favorisées par le réchauffement climatique.

Les changements du climat terrestre, même les insignifiants ont toujours eu des conséquences sur la vie humaine. En l’année 535 après J C, après qu’une éruption volcanique eue rendu le climat plus frais et plus sec. Il y a eu des migrations des famines, des fléaux, ainsi que des changements dans l’agriculture,et peut être même la disparition de civilisations … mais les modifications actuelles du climat sont encore plus dévastatrices que toute autre transformation ayant eu lieu dans l’histoire de l’humanité. Leur cause principale est l’augmentation de la qualité de dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère. Le maintien de la teneur en dioxyde dans l’atmosphère: Celle-ci ne doit ni diminuer ni augmenter en grandes proportions. Néanmoins, durant les 150 ans dernières années et en particulier à partir de la deuxième guerre mondiale, l’activité industrielle a libéré dans l’atmosphère de grandes quantités de ce carbone. Avant le début de la révolution industrielle, 580milliards de tonnes de carbone étaient stockées dans l’atmosphère. Aujourd’hui, ce chiffre atteint 750 milliards, le plus haut chiffre des 200 000 années, et par ailleurs, il augmente de 6 milliards tous les ans, 90 % de cet accroissement des émissions de CO2 et autre gaz sont à l’origine du réchauffement global de la planète provient des pays industrialisés6. La décennie des années 1990 a été la plus chaude des décennies observées. Très fortes tempêtes dévastatrices sont de plus en plus nombreuses, les moussons asiatiques sont chaque fois plus imprévisibles,des sécheresses et des inondations extrêmement fortes et inhabituelles sont enregistrées partout dans le monde. Le bouclier de glace Larsen de l’Antarctique a été séparé du continent.

La démocratie et le réchauffement climatique

Et la démocratie dans tout cela, y a t-il compatibilité entre le développement durable et démocratie occidentale ? Comment ne pas se poser cette question,alors que l’écologisme radical prend du renouveau à la fois théorique, par la critique du productivisme,la contestation des organismes génétiquement modifiés,de la publicité,de la société d’information, de la télévision,de l’industrie nucléaire,de l’automobile ,etc..

Le débat trouve ses racines dans la pensée de HANS Jonas7, , dont la pensée est l’une des principales inspiratrices de l’écologie. Face au danger auquel le développement de la technique expose l’humanité,il notait dans son livre, le principe de responsabilité, c’est de prendre des dispositions et des lois qui font que l’intérêt individuel ne prime pas sur l’intérêt collectif et les générations futures, une sorte de démocratie écologique futuriste qui s’inscrit dans le processus démocratique . Et développement durable, ce passe partout, qu’on emploi dans toutes les situations et toutes les institutions, prétendant concilier développement et protection de l’environnement n’est pas qu’une nouvelle idéologie dont on parle actuellement sans arrêt ! Le développement durable ne serait qu’un faux-semblant, le manteau d’un libéralisme qui ne voudrait rien changer. Et dans le terme développement durable ,il y a un oxymore, on ne peut pas se développer durablement à l’infini et trouver un équilibre entre les ressources naturelles et la croissance économique sans répit

« La démocratie est une arme suprême, pour qui les conditions de son bon exercice supposent d’assumer la finitude de la planète,de rouvrir l’imagination pour expliquer que le monde fini n’est pas fermé ,de réanimer le sens de la tragédie,qui impose des choix décisifs » disait Mme Geneviève AZAM

Mais, La démocratie est déjà mal en point avec la situation de la démocratie représentative et sa légitimité devant un gouvernement d’opinion et les démocraties participatives et populaires. Alors, vient le réchauffement climatique causé en grande partie par les grandes puissances mondiales, qui a contribué et contribue continuellement au désastre écologique. L’idée de Serge LATOUCHE, que  le pouvoir n’est plus exercé par le politique, mais par l’instance occulte des firmes multinationales. Alors, l’idéal démocratique est en panne à l’échelle mondiale. La dynamique actuelle au capitalisme pousse au particularisme, et, à l’éclatement du sens collectif.

On sait depuis plusieurs années, et des dizaines d’études le confirment — que le réchauffement du climat s’accélère, au point de rejoindre certains scénarios parmi les plus pessimistes, pensent des scientifiques. Mais on ne sait pas encore où se situe exactement le seuil à partir duquel le réchauffement s’emballerait à cause de l’augmentation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Sans parler des impacts de l’arrêt de l’oscillation de l’océan Atlantique et du Golf Stream, dont dépend le climat.


Ce que les climatologues sachent, c’est qu’il est pratiquement inévitable que le climat de la planète se réchauffe de 4 à 5 °C d’ici 2050, car on ne peut pas retirer de l’atmosphère terrestre les énormes quantités de GES émises depuis 10 ou 15 ans, qui vont y rester encore longtemps. L’effet de ce réchauffement variera selon les régions. Dans le nord du Canada, on parle d’un réchauffement qui pourrait atteindre 7 à 8 °C si la couverture de neige s’y modifie sensiblement. Même si la marge d’erreur dans ce domaine demeure relativement importante, il faut constater que tous les modèles mathématiques convergent dans la même direction.»
C’est un réchauffement du climat terrestre moyen de cette ampleur, soit entre 3,5 et 4 °C, qui a fait fondre la calotte de glace d’environ deux kilomètres d’épaisseur qui recouvrait Montréal il y a 15 000 ans. On peut difficilement imaginer à quoi ressemblerait la métropole si le climat devait se réchauffer autant en moins de deux générations. Mais c’est ce que prédisent les modèles à partir de la situation actuelle..

Le groupe G.I.EC (groupe intergouvernemental d’experts du climat), travaille présentement avec des scénarios qui tablent sur un doublement des concentrations du CO2 atmosphérique d’ici 2050. C’est ce qui devrait provoquer une hausse du climat moyen de la planète qui pourrait atteindre 4 à 5 °C. Mais si on n’arrive pas à décarboniser l’activité humaine à temps, et à réduire globalement et sensiblement les émissions de GES sur la planète, on pourrait, non pas doubler mais tripler, voire quadrupler. Une loi américaine sur les espèces menacées ( ours polaire) oblige l’administration Bush, à modifier ses politiques pour qu’elles n’ajoutent plus à la menace climatique qui pèse sur cette espèce. S’il s’agit d’une manœuvre habile pour amorcer un virage dans le dossier du climat, peu importe la subtilité de l’astuce.
Les trois prochains rapports quinquennaux — le premier au début de février — du Groupe intergouvernemental d’experts sur le climat (GIEC), le groupe-conseil de l’ONU en matière de climat, pourraient non seulement mesurer l’accélération du réchauffement, mais évoquer la question la plus critique entre toutes.

Un peu partout dans le monde, plusieurs chercheurs ont commencé à dire que l’humanité n’a plus que dix ou vingt ans pour éviter ce seuil fatidique. Certains soutiennent et même que ce seuil aurait déjà été franchi et que les dérèglements du climat, de plus en plus frappants à l’échelle mondiale, ne se situent plus dans la «variation» de la météo mais dans la tendance lourde du réchauffement planétaire.

Aucun chercheur n’ose en effet affirmer si l’hiver en cours, pour le moins doux et parcimonieux côté neige, se situe dans la gamme des caprices souvent exceptionnels de la nature ou s’il est l’effet de la tendance lourde et «irréversible» du réchauffement.

Pour quoi cette conférence sur le climat ?

 

La réponse est déjà dans la question, pourquoi les pays du sud sont actuellement invités à s’impliquer d’avantage ? La conférence de Copenhague avec une envergure sans précédent sur le climat, pour ne pas dire sur le devenir de la planète. Ce n’est pas par hasard que la vie humaine a commencé en Afrique il y a des millions d’années et peut être c’est par l’Afrique que cet homme sera d’abord menacé, dans sa survie, et son existence. L’Afrique souvent absente des grands rendez vous internationaux , ou plutôt marginalisée des grandes décisions mondiales, tant économiques, politiques, sociales qu’environnementales, aujourd’hui est beaucoup sollicité. Les éléments de réponde résident ailleurs,l’Afrique mal partie depuis la période de la colonisation, les occidentaux pensaient apporter civilisation et prospérité, mais en réalité, le résultat de cette colonisation , une déstabilisation totale des économies et des cultures d’Afrique et vision de dépendance à long terme de l’occident. Le changement climatique et ses conséquences ont plus touché ce continent qui n’était pas près vu le grand retard technique et les politiques dévastatrices des dirigeants africains qui ont pris le pouvoir jadis, dans la majorité des cas avec la complicité des puissances colonisatrices. Alors, un peuple déstructuré, une économie déstabilisé qui ne compte plus sur son savoir faire, mais sur l’importation de l’occident, tout ça a fait de cette Afrique un continent de futurs consommateurs des produits de l’occident. même la richesse de ses pays, telles les forêts (bois) et les hydrocarbures (pétrole et gaz) sont commercialisés suivant des conditions occidentales, on a tombé dans un e période de néo colonisation.

Voilà l’Afrique d’aujourd’hui, elle est plus vulnérable qu’avant la colonisation, car elle est devenue dépendante des aides , elle ne survie que grâce à des aides , alors les richesses sont là , les hommes sont là , qu’est que ne va pas alors? C’est l’esprit ultra libéral des occidentaux qui a maintenu et pense maintenir encore cette Afrique sous le jour de la dépendance ….Heureusement, des hommes et femmes de ces mêmes pays ont dit stop , il faut voir l’Afrique autrement , nous avions besoin de l’Afrique et elle de nous , nous sommes dans un même bateau , s’il coule nous coulons tous , et avec nous toute la planète terre. Alors, pour commencer à remédier, c’est , essayer de trouver des mécanismes qui permettent aux pays du sud et en particulier à l’Afrique de lutter contre cette situation intenable , et cette conférence , rentre dans ce contexte , de redéfinition des nouvelles relations avec l’Afrique et les pays du sud en général.

La présence de Barak Obama et plusieurs chef de gouvernements des quatre coins du monde en est une preuve, que cela doit changer, si on veut sauver notre avenir , cela commence par l’Afrique .. .

Le but de la conférence de Copenhague est de lancer les fondations d’un futur protocole contraignant, en suite logique de Kyoto, qui se termine en 2012. Mais les résultats sont très décevants pour ne pas dire que la conférence de Copenhague a plus participer à augmenter la facture de l’effet de serre par tous ces ballets incessants d’avion de plus de 180 chef d’État …Quel gâchis!!! La prise de conscience ne s’est pas traduite partout par des résultats encourageants, au contraire, dans bien des pays. Si certains, notamment en Europe, ont relativement bien engagé la baisse des émissions de gaz à effet de serre, beaucoup (Canada en tête), ont au contraire fortement augmenté leurs rejets.

Le relais qui doit être mis en place après 2012 doit être précisé le plutôt possible, et au plus tard préférablement en 2009. On sait d’ores et déjà que Kyoto, dont l’échéance est 2012, est un échec, mais c’est déjà une prise de conscience. On doit savoir le plus tôt possible quelle sera la suite donnée à ce protocole, afin de relancer les efforts de tous les pays dans la lutte contre le changement climatique.

L’aide ne viendra vraisemblablement pas des pays comme le Canada ou les États-Unis, ni même la chine ou l’Inde si le successeur de G.W. Bush est probablement plus ouvert à la question (difficile de faire plus fermé à l’heure actuelle).

Au même moment de l’ouverture de la conférence de Copenhague , dans la plupart des villes d’Europe, des milliers de manifestants ont tenté d’attirer l’attention, des manifestations parfois violente , les images qui nous viennent de La capitale Danoise ne sont rassurant … On critique le comportement de la police dans certains pays du sud mais certaines capitales européennes ne sont pas l’exemple à prendre….

Selon les optimistes, dont nous ne sommes pas la conférence de Copenhague sur le changement climatique qui se tenait ces jours ci s’est achevée le 18 décembre sur un succès de principe pour les défenseurs de la lutte contre le réchauffement climatique . Les participants ont décidé d’ouvrir la révision de la simple déclaration d’intention de Copenhague en fin 2010, en se fixant l’objectif de parvenir à un accord sur le dispositif peut être contraignants.

La majorité des pays en développement et en particulier pour des pays comme la chine ou l’Inde,le changement climatique n’est pas une priorité comparé aux autres enjeux du développement. Ils pensent que les pays industrialisés doivent agir en priorité car ceux ci ont une responsabilité historique sur l’augmentation actuelle des concentrations de gaz à effet de serre.

 

 

conclusion

La conférence de Copenhague sur le climat ‘accouche que de mesures limitées. Les Etats industrialisés qui font parties intégrante du protocole de Kyoto,dont la première phase d’engagement de réduction de GES expire en 2012 ,tentent de réduire de 50% les émissions de gaz à effet de serre. Si,cette réduction est réalisée,on peut affirmer que le seuil de réchauffement maximal de +2° ne sera pas dépassé. Dans toute cette logique de ces grandes rendez vous,on remarque que les décisions ferme et engagées traînent surtout de la part de certains états occidentaux , et la révision du protocole de Kyoto ne s’ouvrira qu’en 2008 .

Le cas de la forêt : la conférence a retenu le constat selon lequel la déforestation dans les pays du sud représente de 20% à 25% des émissions mondiales de CO2. la conférence retient aussi la nécessité d’attribué un prix à chaque arbre sauvé ;un atelier spécial sera organisé au début de l’année 2007pour envisager les mécanismes de rémunérer les efforts des pays qui protègent leurs forêts.

Concernant la capture et stockage du carbone ; un débat politique et technique a opposé les gros émetteurs de carbone, d’une part les pays industrialisé, et d’autres part les pays du sud dont la Chine,brésil et l’Inde, ils ont enregistré des incertitudes technologiques du captage du carbone et son stockage, les craintes que les projets ne divertissent l’aide aux projets de développement durable. Beaucoup d’experts pensent que ne sera pas possible d’arriver au seuil de réduction de 50% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde sans passer par ce mécanisme de CCS Capture du Carbone et son Stockage.

Le mécanisme de développement propre repose sur des projets qui n’ont pas fait l’objet d’engagements chiffrés. Les réductions d ‘émissions doivent donc être certifiées par des experts indépendants.

La conférence de Copenhague est-elle un échec ? Certains pensent que oui, d’autres non, mais,le véritable échec était à Montréal ,tenue à une époque où les USA pouvaient encore parler haut et fort ,dans un pays qui s’apprêtait à reconsidérer ses engagements de Kyoto, et qui s’était terminée sans agenda de travail précis. Le résultat a été qu’aucune proposition sérieuse pour le post 2012 n’était sur la table des négociations à Copenhague.

Concernant l’Afrique,l’idée de l’environnement passe en deuxième position , car il faut être un pays développé pour réfléchir à l’environnement , car il y a des urgences pour les pays africains qui ne sont pas forcément des priorités pour les pays développés . le côté économique prime d’abord , car avec une population qui se bat pour survive le jour le jour ,l’environnement est un luxe. Il faut avoir les moyens financiers et techniques pour réfléchir à l’environnement. les pays africains en majorité sont dépourvus de ces moyens et les pays occidentaux offre leur aide par le compte goûte. Rendre encore plus ces pays du sud dépendant de ces donations qui sont les passerelles d’un certain néocolonialisme rompant. Mais, le climat est une affaire plus grande que tous les défis que l’homme peut rencontrer car delà dépend son existence et son devenir. Alors? Nairobi est-il le commencement de la prise de conscience collective des pays industrialisés? est une vrai coopération avec d nouvelles donnes va s’installer à l’avenir après l’échec de toutes les programmes d’aides et toutes les idéologies inventées pour ce tiers monde ou même ce quart monde comme disent d’autres…

La réponse,l’avenir nous le dira,est ce que l’homme s’est réveillé de son égoïsme ou il persiste vers son autodestruction quasi certaine s’il persiste dans son mode de production ,et,de consommation très égoïste.

 

Dr KENDZI Kaddour

CUAAB Université Bordeaux3

1 BRUTLAND ancien ministre suédois ,lors d

2 avertit Dr Anthony Nyong du programme Climate Change adaptation Africa

3 Tearfund ONG

4 Waganri Maathai déclaration lors de la conférence internationale sur le climat Nairobi novembre 2006

5 document Internet

6 source document

7 philosophe allemand disparu en 1993

octobre 31st, 2009

Le téléviseur un élément intégré et intégrateur dans l’espace maghrébin Dr KENDZI M KADDOUR

Poster par cuab in Uncategorized

 

Le téléviseur un élément intégré et intégrateur dans l’espace maghrébin

Par le Dr KENDZI M KADDOUR

 

Il est très important de préciser le distinguo entre le téléviseur et la télévision. La distinction est primordiale pour comprendre pourquoi, on utilise le mot téléviseur en tant qu’objet, un élément de l’environnement, de l’espace domestique comme tout élément de structure; qui nous permet une approche de l’objet médium, les effets socio-culturels d’un point de vue anthropologique et structurant de toute perception du monde qui nous entoure.

Le téléviseur:

C’est une technique de production de l’image marque l’esprit et matérialise la mémoire, fort par son grand nombre et puissant par sa capacité sans égal de pénétration dans foyers sahariens.

Le téléviseur crée un rapport entre le lieu et le territoire.

La télévision:

Quant à elle, c’est l’organisation des espaces-temps sociaux. C’est aussi le support de construction et mise en circulation des représentations sociales.

La télévision qui n’est plus seulement cet objet, mais des messages télévisuels, structurés en tant que programmes, susceptible de réagir avec le conscient et l’inconscient, la perception, l’impression des choses dans le temps proche ou lointain, un flux circulant entre un émetteur et un récepteur, avec comme la finalité de convaincre le récepteur d’adhérer à ces messages, d’une façon partielle ou complète. C’est la pièce maîtresse du système de la communication. Le téléviseur et la télévision, ne sont qu’un facteur parmi une multitude de facteurs qui influent sur les téléspectateurs et sur leurs environnements, dans l’objectif de modifier une certaine perception du quotidien. L’introduction du téléviseur est un des facteurs que nous avons choisis pour étudier la mutation sociale et temporelle. La vision micro-socio-économico-culturelle de la famille ksourienne nous a aidé à appréhender mieux le problème. L’analyse macro-socioculturelle de la société saharienne dans son passé et au présent et dans la projection des ksouriens dans le futur, nous a donné un aperçu plus clair de la fonction et de la pratique des images télévisuelles dans ce milieu. Certes toute innovation est courtisée, mais toute nouveauté ne signifie pas toujours progrès et bien-être pour ceux qui la reçoivent. Le téléviseur et les paraboles sont des nouveaux moyens de communication, qui génèrent des sentiments positifs et d’autres négatifs au sein de la population, c’est ce qui ressort du terrain. Le téléviseur n’a pas amené que des bonnes choses comme veut le faire croire le « pro-téléviseur ». L’enquête relève des déséquilibres socio-structurels de la société. Certaines personnes interrogées n’ont pas hésité à nous évoquer les problèmes causés dans les relations de couple par le fait téléviseur et la télévision. Certains pensent que les relations entre conjoints se sont détériorées par le fait que la télévision prend beaucoup de temps à la femme qui ne peut plus bien assurer les tâches ménagères et l’éducation des enfants. Par exemple, des repas non préparés à temps, des repas qui passent à forte cuisson donc non consommables et cela par l’oubli de la femme qui est occupée par le feuilleton qui tombe par malheur juste avant le repas du soir. Des tensions peuvent aller jusqu’au divorce à cause de ces problèmes. D’autres m’ont évoqué des choses selon eux encore plus graves : la tranquille rébellion que la femme peut avoir en regardant beaucoup la télévision. Il disaient «qu’elle peut s’identifier aux actrices, qui vivent dans une autre sphère socioculturelle que la nôtre, donc forcément ce qui est permis à l’actrice n’est pas souvent permis à nos femmes. Nous sommes des sahariens et des musulmans, alors, notre culture nous impose un comportement dans les relations sociales. Mais, certaines femmes osent s’identifier à l’actrice par l’habit, le langage ou les rapports avec la famille, certains glissements affectifs rebelles vis-à-vis du mari. La télévision dans ces feuilletons égyptiens ou brésiliens ou occidentaux mixés en langue arabe leur montre comment mentir, comment même trahir la confiance du mari. Elles prennent çà comme de la réalité et c’est là le problème, un déséquilibre et une déstructuration des relations époux-épouse, des relations entre familles et au niveau de toute la société ksourienne si on n’agit pas rapidement contre ces effets néfastes de la télévision».

Un enseignant nous disait : «ce téléviseur mange les relations inter famille et inter groupe sociaux au sein de la société saharienne comme le feu mange le bois!». Ainsi, on constate que les relations sociales subiraient des effets très négatifs qui retentiraient sur la structure sociale de la société. Par exemple le temps de la famille jadis réservé aux visites le soir ou les fins de semaine, n’est plus disponible : les ksouriens ne sont plus maître de leur temps. Les effets pervers que peuvent avoir une télévision sur l’organisation socio-économico-politique d’une société sont divers et non innocents. Ils peuvent laisser des traces à court terme, moyen terme et à long terme sur la société.

 

L’espace ksourien n’échappe pas à la règle. La télévision est passée par-là aussi, et l’on constate une appropriation différentielle assez nuancée selon l’espace et le temps. Notre enquête a donné une répartition plus ou moins équilibrée dans le milieu rural saharien. La société est plutôt conservatrice, mais cela n’empêche pas que la majorité des ksouriens possède un téléviseur bien avant la gazinière ou le réfrigérateur ou n’importe quel produit électroménager. Le téléviseur avec ses flux programmes a l’air d’être égalitaire dans cette démocratie de masse, puisse qu’il propose les mêmes types d’images, le même comportement des animateurs vis-à-vis de toutes les catégories de téléspectateurs, qu’ils soient riches ou pauvres, femmes ou hommes, adultes ou enfants, dans la ville comme dans la campagne. Dans le nord comme dans la sud, dans toutes les ethnies existantes sur un territoire, tous regardent la télévision et parlent de cet objet comme sujet de communication et élément modifiant les itinéraires de tout un chacun, suivant qu’on se l’approprie totalement ou qu’on s’en méfie, qu’on le rejette partiellement ou totalement. Ainsi, les performances techniques, les contrôles politiques et administratifs, et la rentabilité économique ne sont pas l’essentiel de cet objet magique, qui a une importance culturelle et anthropologique. Les politiques comme les industriels visent à contrôler le téléviseur et donc la télévision en l’imposant comme une marchandise dans un but de profits et de propagande. Par ailleurs, on peut penser que son objectif essentiel n’est ni politique, ni technique, mais d’abord et surtout social et culturel. Le téléviseur constitue un mode de communication pas comme les autres : il a une grande force attractive, il est redoutable par sa sérialité et il est sensationnel par sa capacité à divertir. La télévision remplace le téléviseur dès qu’elle cesse d’être seulement un objet. Nous proposons de distinguer entre un téléviseur installé dans une pièce, éventuellement allumé que personne ne regarde de manière attentive et une télévision qui est suivie. Nous proposons également de distinguer entre deux niveaux d’usage : à un premier niveau, sous sa forme la plus simple ; existe une communication entre deux ou plusieurs interlocuteurs usant d’un même langage. A un deuxième niveau, la communication suppose des émetteurs et des récepteurs qui entrent en contact grâce à un support matériel (lettres, livres, journaux), lequel à son tour suppose l’existence de diffuseurs, et de ceux qui mettent sur le marché des signes, des messages et des images. La télévision déborde ces deux niveaux. Elle fait irruption, en repoussant les barrières spatiales, temporelles, symboliques, et en dégageant une énergie propre. Dans le cas de documents, l’image projetée coïncide avec l’action au moment même où elle se produit. Nous avons affaire au référent et non plus au signifiant1. Notre perception est fonction d’une transmission et non seulement d’une représentation tout court. L’immédiateté temporelle entraîne l’immédiateté spatiale. On ne peut pas se détacher de cet espace, de ce temps. L’événement se déroule devant nous, sans que nous puissions intervenir. Nous sommes sur les lieux de l’action, mais chez nous aussi. La coïncidence du temps et de l’espace s’opère à travers des simulacres. On ne reprend conscience de notre propre temps, de notre propre espace qu’en arrêtant le téléviseur. Or si l’espace temps se contracte par les nouveaux instruments d’information et de communication, l’espace relation est toujours tributaire d’une communication basée sur un contact physique des hommes, ainsi la technique peut rapprocher virtuellement les hommes. Et la technique peut les sépare aussi au plan de leur convivialité car elle place la communication sociale au second plan, elle ignore l’espace relationnel, qui est une passerelle obligatoire pour la complémentarité des cultures. La télévision entretient une confusion vague entre la perception et le fantasme. Certains chercheurs pensent avec ironie2 que l’enfant dans les sociétés occidentalisées et occidentales à trois parents: le père, la mère et le téléviseur. Ainsi on ne peut ignorer l’intrusion du téléviseur dans l’éducation de l’enfant. Les parents consciemment ou inconsciemment intègrent le téléviseur dans la tâche de l’éducation des enfants. L’enfant qui passe plus de deux heures par jour devant un téléviseur apprend des choses (peu importe qu’elles soient bonnes ou mauvaises), il emmagasine des informations surtout s’il est en bas âges. Le téléviseur dans le quotidien des sahariens enquêtés, les réactions que nous avons enregistrées sont parlantes à propos de la place et de l’enjeu télévisuel. Voici un résumé succinct tiré de notre enquête sur le terrain du rôle de cet objet téléviseur dans le quotidien des sahariens:

Un jeune homme disait : « Vous pouvez dire que le téléviseur et tout ce qui l’entoure influencent le temps de la famille, l’espace domestique, les valeurs morales. On ne peut plus parler d’intégration du temps du téléviseur dans notre quotidien, c’est une thèse dépassée car, actuellement, la question est de savoir comment nous, on doit harmoniser notre quotidien avec le temps du téléviseur. Voilà ma réponse à votre question, il faut maintenant retourner la question, l’époque d’intégration du temps du téléviseur, est dépassée, maintenant il faut voir autrement, l’eau est déjà rentrée dans la maison».

Un autre homme dépassant la cinquantaine me déclare: «Le téléviseur ! Moi, je l’ai connu pour la première fois la télévision en 1970, lors d’un voyage à 0ran au nord, c’était très attirant, magique, il nous laisse perplexe, et l’envie de le posséder chez soi. C’était pour la première fois que je découvrais le visage du président Boumediene, et avec lui la dimension de mon pays. Cette boite magique de cinéma m’a plu et j’ai décidé, que quand j’aurai les moyens je l’achèterai. Mais nous dans le sud on ne peut pas capter la télévision, nous sommes dans une sous zone d’abord le nord et les grandes villes!

Une autre personne, un Taleb3 déclare ; «Je pense que le téléviseur est un moyen nécessaire pour notre époque, mais il est à double tranchant, il ne faut pas tout croire dans ce cinéma. Il ouvre une fenêtre sur le monde, et les autres cultures. On découvre notre pays et les différentes régions du monde. En tant qu’éducateur, je travaille beaucoup avec les enfants en bas âge, qui apprennent les premières lettres, et les première paroles du Coran, je peux vous dire que la télévision occupe déjà leur esprit, ils ne parlent que des dessins animés et des jeux sur le téléviseur, le rendement a chuté petit à petit avec le téléviseur, la concentration a diminué, car j’ai commencé à enseigner le Coran aux petits il y a 20 ans, et, je peux vous dire que, la différences est grande, le taux de réussite d’apprentissage du coran a diminué, et le nombre des hafids ( les gens qui connaissent par cœur le coran) a sensiblement diminué dans les générations de ces dernières années, les générations qui ont grandi avec le téléviseur.

Une jeune lycéenne déclare: «Pour être clair et objectif, je reconnais que le téléviseur était, il restera toujours un signe de confort dans la famille, son nombre et sa performance augmentent avec l’aisance de la famille. Pour nous au Sahara, c’est le moyen de distraction, on l’adapte suivant nos coutumes, par le choix des programmes et le temps d’ouverture de la télévision, les filles, les enfants et les femmes ne doivent pas en abuser, chaque chose en son temps et tout le monde trouve son compte, la femme qui est au foyer, les enfants meuble leur temps avec le téléviseur. Mais, le téléviseur reste un intrus dans notre société, car il n’est pas conçu pour nous, tout ce qui se passe à la télévision, ne reflète pas nos traditions sahariennes, avec les images qu’il diffuse on n’a pas la même signification et le même intérêt».

Une femme âgée disait aussi que: «Avec le téléviseur qui émet actuellement 24 heures sur 24, le temps des foyers est bousculé, femmes et enfants sont partagés entre le téléviseur et les tâches ménagères et les devoirs. Avant, le temps était bien logé entre les tâches domestiques, la lecture du Coran, le travail de la laine, l’artisanat, les visites de la famille proche et éloignée, les voisins mais actuellement, le problème se pose avec gravité avec toutes ces interférences des temps. C’est là l’un des problèmes que nous pose le téléviseur ».

 

Notre réflexion s’est orienté vers l’étude de la place qu’occupe le téléviseur, ses usages dans l’espace et ses interférences dans les pratiques quotidiennes. On voit bien que le passage du téléviseur dans le foyer du saharien n’est pas innocent à la fois sur le plan individuel et collectif. Notre intérêt pour la télévision porte sur le rôle de la télévision dans le construit du quotidien des sahariens. Dans cette société saharienne le pivot central s’organise autour des traditions qui puisent dans le religieux. Cet espace est une région carrefour, de brassage de plusieurs cultures, qui ont interférés durant des siècles. Cet espace saharien n’a connu le téléviseur que depuis une trentaine d’années. Dans cette courte période il passe du simple petit téléviseur noir et blanc avec des programmes nationaux au téléviseur écran plat, avec des flux continus d’images télévisuelles venant des paraboles qui poussent partout sur les toits des ksour. Ce territoire n’a pas eu le temps nécessaire de passage d’une technique de communication à une autre. Actuellement les jeunes générations pensent que le téléviseur et la parabole ont toujours été là. L’espace saharien a connu une extraordinaire contraction du temps où peut-on dire une incroyable accélération dans le développement des moyens de communication: on effet est passé très vite, en moins de quinze ans du simple téléviseur sans télécommande à l’Internet. C’est trop court pour qu’une société accuse sans heurts psychologiques et socioculturels toutes ces mutations qu’engendrent le poste radio, le poste téléviseur noir et blanc, le poste téléviseur couleur, le téléviseur couleur écran plat, le téléviseur encastré dans les meubles et les murs, les paraboles et enfin l’Internet. Toute cette révolution dans les moyens de communication ne se fait pas sans perturbations et sans pertes de repères. Dans cet espace la distance entre les villes dépasse parfois les 300 Kms. Et il est lui-même éloigné des centres de décision économique, des centres industriels qui séparent le nord du pays et le Sahara. Ce désenclavement «venu du le ciel» est le bienvenu pour les populations sahariennes longtemps marginalisées.

L’enquête confirme cette tendance, plusieurs femmes nous ont déclaré que «la télévision est une chance et un espoir pour nous, malgré tous ses défauts et son influence sur la société, mais la possibilité d’avoir des programmes de chaînes satellitaires est une fenêtre d’espoir et de connaissance et de divertissement qui meuble notre temps libre nous les femmes qui sont nombreuses au foyer. On choisit ce qu’on comprend et ce qu’on aime regarder sans être contraintes de suivre les programmes de la chaîne nationale».

Un autre ksourien tout heureux disait, et heureusement, qu’il y a ces chaînes satellitaires, je dis çà pour expliquer ce balancement entre le mal et le bien en même temps dans le téléviseur! C’est grâce à la télévision que nous avions su comment apparaît notre pays, comment est sa composante démographique, nous avions toujours pensé que nous étions dans une autre zone. Le téléviseur, nous a rendu un grand service, dans la représentation de notre environnement localement et au niveau national et international. Notre culture, notre tradition orale, notre musique, notre espoir peuvent être repris par d’autres sociétés et pays limitrophes. C’est grâce à la télévision, que nous avions eu toutes ces connaissances et notre vision du monde a changé»

Une femme disait « la télévision est comme un couteau qui a deux faces tranchantes, on peut utiliser la bonne face de la télévision et profiter de la technologie, les informations et les moyens de distraction que peut offrir cet objet venu de l’occident, et même les images télévisuelles qu’on peut avoir à partir de certaines émissions des chaînes satellitaires. Dieu merci, grâce à ce «bon mal» qui est le téléviseur, beaucoup d’entre nous qui ne peuvent pas aller au pèlerinage à la Mecque au moins ils ont vu la Mecque et Médine à la télévision, vu comment se déroule le pèlerinage, on peut visiter tout le monde lointain, je ne peux pas dire que le téléviseur est mauvais sur tous les plans, non, je reconnais qu’on peut dialoguer avec des docteurs, qui nous expliquent, informent sur tel ou tel problème, c’est une chance pour nous isolés éloignés des grands axes routiers, éloignés de la mer, la télévision est une chance qu’il faut bien utiliser».

On constate d’après cette femme que le téléviseur est controversé dans cet espace saharien, elle disait que le téléviseur est un «bon mal», voilà l’expression de cohabitation du un sens et son contraire à la fois, cela montre que cet outil perturbe mais dans cette perturbation il y a aussi apaisement c’est le paradoxe quotidien du téléviseur dans cette société saharienne.

Un autre homme déclare : «Je pense que le téléviseur est une arme redoutable contre notre société saharienne et sa spécificité culturelle et cultuelle. Certes, ce même téléviseur, peut être, un facteur d’unité et d’ouverture vers d’autres sociétés, si on choisit la bonne chaîne, qui nous éduque, nous apprend des choses sur la vie et notre religion, telle que la chaîne IKRAA, ou de temps en tems Al jazeera, grâce à ces deux chaînes que je tolère le téléviseur chez moi, et je suis fier que ma femme et mes enfants suivent les programmes de temps en temps de ces deux chaînes. Le téléviseur est devenu un meuble de la maison, on ne peut s’en passé, c’est un fait, que dans chaque foyer ici dans le sud, on trouve un poste de téléviseur, les prix sont abordables et l’Etat a encouragé les gens à avoir des téléviseur par des prix très abordable à une certaine époque».

 

1 Voir sur cette question François JOST, Comprendre la télévision, Paris, Ed Armand Colin, 2005, 127pages et Martine JOLY, L’image et son interprétation, Paris, Nathan, 2002.

2 François JOST, Umberto ECO

3 Enseignant dans les Medersas pour apprendre aux jeunes enfants à lire écrire et apprendre le Coran

octobre 31st, 2009

Les espaces publics, les espaces privés chez les sahariens

Poster par cuab in Uncategorized

Les espaces publics, les espaces privés chez les sahariens

Par DR KENDZI M KADDOUR Université bordeaux3

L’espace public est un lieu où les gens se rassemblent, émettent des opinions. L’information, les sondages, le marketing et la communication y sont omniprésents. Il s’agit d’un espace symbolique où s’opposent et se répondent les discours. L’espace commun est le premier espace, il est symbolisé par les échanges commerciaux, comme moyens de compenser l’hétérogénéité des langues. On sait qu’avec le commerce, ce ne sont pas uniquement des biens qui s’échangent, mais également des signes, des symboles, des traditions, des temporalités, qui progressivement tissent un espace quotidien, un espace de familiarité, de sociabilité voire de sécurité. C’est aussi un espace physique, défini par un territoire, et une symbolique, définie par des réseaux de solidarité. Le temps de cette société saharienne ksourienne est rythmé par le calendrier hégirien1 : on compte à partir de l’hégire (émigration vers médine) du prophète de l’Islam. On a remarqué que les événements de la vie d’un ksourien et les grands travaux dans les palmeraies sont chargés d’une symbolique qui traduit les étroits rapports avec le calendrier hégirien. L’espace, le temps, les vies publiques et privées forment une interpénétration aux frontières floues, qui obéit à des règles sociales dans le quotidien saharien. La vie privée est une notion confuse, difficilement formalisable, qui ne prend de sens que dans un contexte historique précis. Il existe une porosité des frontières du privé et du public. Cette porosité remet en cause les catégories, les perceptions et les significations traditionnelles. Les frontières entre vie publique et vie privée sont historiquement et culturellement changeantes, les territoires de l’intimité fluctuent d’une période à l’autre, d’une société à l’autre, d’un milieu à l’autre, d’un sexe à l’autre. Les idées, les pratiques, les mœurs, les sentiments s’exposent ou se cachent au gré des évolutions sociales, psychologiques, religieuses, éthiques. La vie privée et la vie publique se situent-elles dans un champ d’imbrication et de confusion, ou même dans une fusion des espaces ? La télévision de l’intimité incite-t-elle à penser en d’autres termes l’articulation entre privé et public ? Cette division a été conçue en termes de territoires et leur séparation en termes de frontières. Quand les frontières se déplacent trop, l’alarme est donnée. Les incursions du public dans le privé et du privé dans le public sont vécues comme une menace permanente pour la culture de ce milieu saharien. La télévision crée un nouvel « espace de cohabitation » qui, selon Daniel DAYAN2, représente l’irruption d’une culture dérangeante dans l’espace d’intimité, une confusion et un désordre des limites spatiales par la perte des repères socioculturels. L’objet télévisuel infiltre la demeure privée de toutes parts. Des images crues, sans retenue, défilent dans ces maisons sahariennes où l’on regarde souvent la télévision en famille. Ces images arrivent directement chez ces populations par les chaînes satellitaires, elles engendrent d’étranges présences dans le milieu privé saharien ! La signification logique de la place de la télévision dans ces milieux est plutôt informationnelle, magique et trouble. C’est toujours une place à la marge de la maison, dans un hall, parfois le couloir de circulation domestique, dans un salon pour invités, dans un espace commun inventé spécialement par les Sahariens pour cet intrus. La place de la télévision n’est jamais trop privée, on ne regarde pas la télévision dans sa chambre par exemple. On comprend mal l’ambiguïté du lieu où est présent l’objet médiatique de façon fixe ou mobile. A partir du moment où l’objet télévisuel est là, il change la configuration du lieu quelconque, puisqu’il agit comme une frontière miroitante entre les espaces en recombinant les connexions, les vécus, les cultures, les branchements imaginaires entre l’ici et l’ailleurs.

 

Les espaces domestiques et la tradition islamique

 

L’espace en Islam est compartimenté en plusieurs strates : l’espace public est tout cet espace des manifestations économiques, culturelles, religieuses ; l’espace politique, lui, n’existe pas en tant que tel, car le projet islamique est d’abord un choix de société. Ainsi le califat, l’émir ou tout commandeur des musulmans est à la fois un chef politique et religieux. Le pouvoir juridique est toujours resté indépendant des pouvoirs religieux, politiques et économiques. L’histoire du monde musulman nous enseigne que les « kadis » (juges) étaient toujours des gens indépendants du pouvoir, et surtout pas des fonctionnaires de l’Etat. Les monarchies et les émirats arabo-musulmans sont une création que l’Islam n’a jamais conseillée ni encouragée. Les lieux de culte sont des espaces publics, chaque musulman a droit d’y pénétrer. Les espaces privés sont modulables, la présence de femmes dans un lieu public peut le transformer temporairement et partiellement en lieu privé car si une famille ou des femmes sont assises ou debout dans un lieu public, il est interdit aux autres, et surtout aux hommes, de le traverser ou d’y pénétrer : il devient temporairement un espace privé. L’espace privé d’un foyer est presque sacré, sa violation est interdite.

Lors de mon enquête dans le Gourara (Sahara algérien), nous nous sommes arrêtés devant une maison, notre accompagnateur frappât à la porte trois fois en appelant le monsieur par son prénom, puis il s’est mis de côté, surtout pas face à la porte. Après un moment de silence, n’ayant pas obtenu de réponse, il m’a dit que nous nous en allions, même si de la lumière se voyait de l’extérieur. Une autre fois, dans la même situation, après les trois coups frappés à la porte, le monsieur est sorti, nous a salué, et nous sommes restés un moment dans la skiffa3 (espace privé intermédiaire, en forme de couloir plus ou mois large qui se situe entre la porte d’entrée et l’intérieur privé de la maison ; cet espace est toujours coupé par une murette qui masque la vue vers l’intérieur ou l’extérieur de la maison). Le propriétaire de la maison a dit en arabe « El trigue »4. A partir de ces différentes situations, on comprend comment l’espace privé ou public se dilatent et se contractent suivant les situations. L’espace saharien obéit à une morale sociologique, il s’ouvre et se ferme suivant le genre, l’âge, la relation, la situation, l’heure. Même dans la maison, les membres d’une même famille ont des espaces privés et semi privés, qui se contractent et se dilatent dans la pratique quotidienne suivant les différentes situations et les différents degrés de relations.

 

L’espace spatio-temporel du saharien et le téléviseur

 

Ce quotidien saharien subira-t-il des bouleversements ou des réajustements à cause de l’introduction du téléviseur et de ses images ? Le temps de téléviseur va-t-il piétiner sur les temps social, culturel, cultuel, familial et historique de la société saharienne ? Évaluons le rôle des effets du couple téléviseur-télévision dans les formes traditionnelles de communication (échanges au sein de la famille et entre membres de la société ksourienne) : ces communications sont très développées dans les milieux ruraux sahariens, avec des réunions de familles, de la famille élargie, des sages du ksar, des simples affaires jusqu’aux affaires politiques et économiques du pays. Les rencontres lors des fêtes religieuses, rituelles, traditionnelles jouent un rôle très important ; le marché est un carrefour socio-économico-culturel, qui draine plusieurs centaines de personnes venant des ksour environnants. Chaque ksar a son jour de marché, le cycle des jours de (souk) est réparti durant les jours de la semaine hormis le vendredi, qui est jour de la grande prière. Chaque ksar a son jour de souk, mais ce n’est jamais le vendredi, réservé à la grande prière qui rassemble presque toute la population masculine du ksar, lieu de rencontre cultuel par excellence. La maison elle non plus n’échappe pas à cette intrusion. Les caractéristiques de l’espace domestique de la maison ksourienne reflètent une sorte de dualité entre les valeurs de référence et celles de la modernité. Les décalages qui apparaissent entre l’organisation de l’espace du père et celui du fils (fille) dans la même maison, peuvent laisser supposer certaines mutations dans le réfèrent culturel du fils, liées à sa génération. L’appartement du père est organisé selon le modèle traditionnel : un grand hall présenté symboliquement comme le Ouast eddar5, des pièces organisées en longueur avec les mêmes proportions qu’au ksar. L’ameublement des différentes pièces est composé d’une rangée de banquettes garnies de matelas en laine et de coussins, de tables basses, de tapis en laine. L’ameublement de ces pièces est semblable, excepté la chambre du couple, où les banquettes cèdent la place à un grand lit.

Dans la maison, une pièce est strictement réservée à la prière. L’ensemble des pièces est polyfonctionnel dans le modèle traditionnel ; on y reçoit, on y dort et on y mange. L’espace du fils (fille), plus marqué, se manifeste sous forme d’un dédoublement des espaces et des pratiques. Outre les espaces de réception, les salles d’eau connaissent également ce dédoublement ; il y a d’un côté la salle des eaux, plus ou moins équipée de l’ensemble lavabo-douche et de l’autre, le bain maure privatif au rez-de-chaussée. On procède de la même façon pour les toilettes : une partie est équipée de cuvettes sous forme de fosse perdue (après chaque saison, on récupère les détritus pour les utiliser comme engrais pour les jardins après les avoir fait sécher sous le soleil) et l’autre organisée à la Turque). Il y a dualité également entre le quasi-dénuement de la cuisine et l’investissement décoratif des espaces strictement féminins, équipés uniquement d’une simple gazinière et d’un réfrigérateur quand les moyens le permettent. L’espace ksourien saharien a la particularité de se contracter ou de se dilater, suivant les circonstances de temps, de lieu et de cérémonie.

Nous avons délimité l’espace saharien en six niveaux allant de l’espace public, jusqu’à l’espace privé en passant par le semi public, et le semi privé (cf. partie « réception télévisuelle d’une famille saharienne »). Devenir temporairement privé avec la présence d’un groupe de femmes ou de couple familial dans la ruelle ou la placette (tajmaat du ksar6), ou si un groupe regarde la télévision dehors, dans un espace censé être public, ou devant sa porte à cause de la chaleur de l’été ou d’un quelconque événement social dans la famille. L’espace public ne sera alors plus public durant toute la durée de l’évènement. Cet espace se contracte pour devenir un espace privé et, de la même manière, un espace privé peut se dilater pour devenir temporairement un espace public. C’est en fonction de règles sacrées ou mystiques que ces transformations se font. Lors de notre enquête, nous avons assisté à une manifestation d’Ahl Diwane 7 en train de faire leur tournée pour rassembler alimentation et argent, afin de faire la « Ouada »8. A notre grande surprise, ces gens Ahl Diwane rentraient dans les maisons avec leur taureau bien décoré, jusqu’à l’intérieur, jusqu’au patio de la maison (c’est un privilège s’ils décident de rentrer, car c’est un signe de reconnaissance et de respect pour les habitants de cette maison). Le propriétaire de la maison les invite à pénétrer au sein de son espace privé, sans aucune gêne, pour jouer et danser. Là, notre espace privé, le patio réservé aux femmes et travaux domestiques, s’est transformé en espace public, où tous les gens qui accompagnent le groupe entrent. On a assisté à une sorte de phagocytose de l’espace privé par l’espace public pour une parenthèse temporaire. On voit comment le sacré peut transformer l’espace privé en espace public. Ainsi l’espace privé se dilate pour phagocyter l’espace public temporairement, au nom du sacré, et vice versa, l’espace public se dilue dans l’espace privé.

 

1Calendrier hégirien : les musulmans ont un calendrier qui commence à partir de l’émigration (l’hégire) du prophète Mohamed vers Médine

2 DAYAN Daniel, les mystères de la réception, Le débat, n° 71, 1992, p. 146-162

3 Skiffa mot arabo berbère c’est lieu intermédiaire, forme de couloir large ou hall qui se trouve entre la porte d’entrée et l’intérieur de la maison, cet espace skiffa est toujours coupé par une murette qui coupe la vue vers et de l’intérieur ou l’extérieur de la maison

4Trigue, mot arabo berbère qui signifie chemin, voie, mais dans cette situation c’est un signe pour les femmes qui laisse le chemin libre s’il y a des hommes qui rentrent.

5 Ouast El dar, mot arabe, signifie le centre de la maison, c’est là où se déroule l’activité principale domestique des femmes.

6 Tajmaat du ksar, mot berbère chleuh, signifie placette où se réunie les gens , voire même une placette publique

7 Ahl diwane ; mot berbéro arabe, c’est le nom quand donne ici a des troupes de musique danse mystique des populations africaine musulmane qui se réfère à l’héritage de Bilal ben Rabah, premier muézin et compagnon du prophète de l’islam on dit aussi dans d’autres régions les Gnaouis.

8 Ouada, mot arabe , signifie , une manifestation où tout le monde du ksar et hors du ksar sont invité pour manger et faire des prières , c’est un fait de la tradition locale ,mais elle a pris un caractère sacré, les gens prient pour la protection du ksar et la communauté ,donne à manger aux pauvres et les voyageurs sans ressources et familles qui se trouvent dans la région.

septembre 3rd, 2009

Le retour

Poster par cuab in Uncategorized

Bonjour tout le monde, après des vacances au pays du soleil nous voilà de nouveau autour de cet espace sicio culturel que Algérie Sciences Cultures nous offre.

L’dée de la grande boucle dans le sud algérien est en marche, les personnes intéressées peuvent se manifester sur le blog ou sur mon email que vous connaissiez  kenzykenzy4@hotmail.com. Le nombre de place est limité.

J’attends vos commentaires , vos photos des vancances , vos nouvelles avec impatience. Très amicalement  kendzi

     

avril 7th, 2009

La mondialisation télévisuelle; phénomène d’acculturation ou de déculturation ?

Poster par cuab in Uncategorized

 La mondialisation télévisuelle; phénomène d’acculturation ou de déculturation ?

Par Dr KENDZI MOHAMMED KADDOUR Université Bordeaux3 

                                   

                                   La question culturelle devient alors un élément majeur dans cette mondialisation de la communication. Actuellement, on assiste à un bond des nouvelles technologies de l’information et la communication, ce qui favorise l’apparition de nouveaux acteurs sur la scène internationale et de nouvelles façons de communiquer. Toutes ces évolutions montrent que la culture est très importante. Mais comment imposer ces cultures ? La solution miracle, ce sont les chaînes de télévision satellitaires. Les multinationales ont favorisé la commercialisation des moyens matériels de réception partout dans le monde à des prix assez abordables: en Algérie, on peut se procurer dans le marché local un matériel de réception performant pour un prix en moyenne de 70 euros. Toutes les chaînes du monde nous ont montré en continu le 11 septembre 2001. A partir de ce 11 septembre la conception du monde ne sera pas la même. C’est une rupture fondamentale, un changement majeur dans les  relations internationales. On peut lire dans ces événements une réaction contre la mondialisation occidentale basée sur l’image. La guerre par l’image était bien comprise par les groupes contestataires. Le 11 septembre marque aussi  le déplacement progressif  des centres de décisions économiques vers l’est (Chine, Japon, Inde). Avec la mondialisation de la communication on passe d’un paradigme économique à un paradigme culturel !

Le changement qu’apporte la pratique télévisuelle et notamment caractérisé par la rapidité de l’information concernant les événements religieux et culturels dans les pays limitrophes.  A  l’aide de ce téléviseur on peut aller là ou on n’osera pas, vers l’intimité des cultures, des espaces linguistiques, dans le privé comme dans le public. Grâce à l’image télévisuelle on connaît des  icônes commerciales, telles que Che Guevara, BOB Marley, ou encore Zidane, etc. La même image est diffusée en temps réel partout dans le monde, et la même image est peut être lue différemment à travers ce même monde. Qui dans le monde ne connaît pas cette image du CHE sur fond rouge et noir ? Et Bob Marley avec les couleurs rasta rouge vert jaune ? On les voit partout. Zidane,  on le connaît même dans les fin fonds de l’Indonésie. Les barrières linguistiques, culturelles et sociales sont bannies, et cela grâce au phénomène de la mondialisation de la communication, aux images télévisuelles qui circulent en permanence à travers les quatre coins du monde. Ce phénomène d’échanges culturels n’a pas de précédent, c’est une nouvelle situation que la télévision a permis de diffuser à grande échelle. Les images télévisuelles dépassent les frontières géographiques, identitaires, linguistiques et culturelles. Mais la mondialisation est aussi comprise comme un mode d’uniformisation, voire d’occidentalisation des pratiques alimentaires, vestimentaires, sportives et même sociales. Le terrain nous montre les influences vestimentaires et comportementales qui sont en marche, qui guettent les populations des pays du sud. Toute fois, cette mondialisation par la communication télévisuelle offre des possibilités de dialogue que sans cette technique n’existeraient pas. Nous parlons de dialogue, mais quel dialogue s’agit-il ? Un Dialogue  vertical, sans interaction, sans droit de réponse? En fait, il s’agit d’avantage d’un discours. Les populations du sud ne peuvent que subir les images télévisuelles, dans ce contexte de mondialisation économique.[1]

 La mondialisation de la communication  et les cultures des pays du Sud: espoir ou désillusion ?

                                     Faut-il parler d’un choc des civilisations comme le fait  Samuel HUNGTINGTON[2], qui s’oppose ainsi à l’idée de Yoshihiro  FUKUYAMA[3] de «  la fin de l’histoire » suite à l’écroulement du bloc socialiste. Cette fin de l’histoire aurait donné momentanément raison au libéralisme, au marché, au capitalisme et à la démocratie à l’occidentale.  L’idée de FUKUYAMA est qu’on va vers un monde où les affrontements politiques vont disparaître et où il ne restera que des problèmes de gestion. Pour Huntington, au contraire, on va vers un conflit des civilisations.  Il a divisé le monde en plusieurs grandes  civilisations: occidentale, confucéenne, japonaise, islamique, hindoue, slavo orthodoxe, latino américaine et africaine. Devant cet affrontement de thèse entre le choc des civilisations et la fin de l’histoire, le musulman de base semblerait acquis à l’idée qu’on assiste à des divergences de conceptions culturelles, car il pense qu’on ne se battra plus avec des  armes, mais avec des idées qui circulent à travers les médias, les chaînes satellitaires, Internet. On assistera à une guerre de communication.

 Dans nos entretiens, un enseignant me parlait de l’hypocrisie des Etats-Unis d’Amérique, à propos de l’affrontement des projets de sociétés entre l’islam et l’occident. Il se demandait  « pourquoi tout ce qui ne correspond pas à leurs pratiques et façons de vivre serait  rétrograde et non tolérable ? Nous voyons chaque jour leurs façons de vivre à travers les images qui nous viennent de leurs chaînes satellitaires. Dieu merci, leur façon de vivre qu’il la garde pour eux. L’idée d’affrontement entre les cultures et surtout avec l’islam, n’est qu’invention de l’Amérique. On doit rappeler à l’occident qu’Oussama Ben Laden est d’abord un produit de
la C.I.A et qu’il avait géré pour cette dernière le financement de la guerre d’Afghanistan contre les soviétiques. L’histoire nous a montré et nous montrera que les fanatiques musulmans ont été inventés, armés, financés par l’occident pour combattre le communisme. Les conséquences de cette gaffe doivent être réglées entre eux, et surtout par les politiques, mais l’islam et la culture islamique n’ont rien à y voir ». 

Les sages et les hommes de culture savent bien que les cultures ne sont pas des marchandises, ni le moyen d’une quelconque domination d’une civilisation sur le reste du monde. La diffusion des inventions (depuis
la Mésopotamie, l’utilisation du cheval, de la roue, le métier à tisser vertical), la diffusion des idées (le périple des religions), des langues, de l’alimentation s’opèrent sur une longue durée (surtout par voie terrestre). Les conquêtes, les empires favorisent le brassage des peuples. Jan NEDERVEEN PIETERSE
[4]dit que l’histoire est collage, brassage continu, et que c’est grâce à ce brassage que l’on connaît  des évolutions. Selon lui Le multiculturalisme est une force vitale pour l’humanité. Actuellement, selon cet auteur nous assisterions à une accélération de l’hybridation grâce aux NTIC, voyages, aux techniques, et aux  échanges sans contact direct. Il constate que  l’homme actuel pratique le mélange d’éléments culturels; cette hybridation est devenue une expérience ordinaire de la mondialisation. L’hybridité prend différentes formes selon les époques et les cultures. Le concept d’hybridation est un concept contextuel, relationnel, qui renvoie à l’idée d’une société qui bouge. Nous sommes dans une certaine mesure d’accord avec ces réflexions de Jan NEDERVEEN PIETERSE, avec l’idée que l’homme pratique le mélange d’éléments culturels car, il ne peut y avoir de culture pure, et parce que la culture au sens de civilisation ne peut évoluer avancer qu’avec l’apport de l’extérieur. L’humanité s’est construite par l’addition de connaissances diverses, de
la Mésopotamie jusqu’à nos jours, en passant par
la Grèce antique, la chine ancienne, la civilisation arabo-musulmane, et enfin la renaissance et la révolution industrielle en Europe et ses conséquences sur les relations sociales, culturelles et économiques dans le monde. A chaque période il y a des rapports appropriés à la culture existante et aux moyens de communication existants. Dans le même contexte, Régis DEBRAY, note dans son livre Vie et mort de l’image
[5]: la mondialisation économique fait surgir au nord les besoins d’enracinement national et l’acculturation scientifique des élites du tiers monde, les intégrismes religieux, l’ubiquité électronique réenchante le visible, en supprimant distances et délais. La télécommande ou le mode extérieur obéissant au doigt et à l’œil. Un zappeur câblé est un sorcier heureux parce que enfin efficace : il saute d’un continent à l’autre en un clin d’œil. En passant des mappemondes au département électroménager des grands magasins (rayon de l’audiovisuel), la planète Terre a été à la fois miniaturisée et domestiquée. Elle peut désormais être livrée à domicile, comme un frigo ou un aspirateur ».

Nous pensons qu’en réalité la terre, ne peut pas être livrée comme un frigo, car elle est aussi un monde avec des cultures diverses et des Hommes avec toutes leurs incertitudes et leurs énigmes que la technique ne peut dissiper. La mondialisation culturelle n’est pas pour demain car le monde n’est monde que par sa différence culturelle et sociale. Les multinationales, par leur technologies de l’information et la communication, ont  tenté de pénétrer les sphères culturelles des pays du sud par le biais de la société de l’information la « S.I. », qui est un organisme sous tutelle onusienne, mais la gestion et l’inspiration sont plutôt du côté des multinationales des télécommunications. Ils veulent créer un grand marché pour les télécommunications dans le monde, véhiculer leurs matériels surtout vers les pays du sud, sous couvert de la démocratisation numérique, l’ouverture. Mais en réalité, il s’agit de créer un grand marché pour les marchandises des NTIC dans les pays du sud, de bousculer leurs cultures, d’essayer d’imposer une uniformisation, une domination unilatérale sur les autres cultures. Il s’agit donc de créer de nouveaux rapports de communication, d’organisation au niveau des sphères macro-sociale et micro-sociale des sociétés africaines en particulier et des pays du sud en général.

La dernière conférence de la « S.I » à Tunis, n’a généré  que des résultats timides, presque décevants car le nombre d’internautes à peu augmenté. Les pays du sud ont compris qu’il ne pouvait pas y avoir une communication mondiale basée sur une aliénation à l’occident, ou une déculturation à grande échelle. La culture ne peut devenir une simple marchandise comme les autres. Chaque coin de l’Afrique dont
la Sahara fait partie, a sa propre culture et sa propre tradition. Les occidentaux considèrent certains phénomènes  comme des  phénomènes mondiaux, alors que pour les cultures locales africaines se sont des phénomènes inconnus. Certains passent même inaperçus. Par exemple, lors de l’enquête sur le terrain, nous avons demandé aux personnes interrogées ce qu’elles pensent de la mort de la princesse Diana. A notre stupéfaction, ils ne savaient  même pas qui était la princesse Diana. On voit bien avec cet exemple, qui l’on peut contredire l’idée que les  images planétaires qui créeraient  le monde. Ici on voit bien combien, les « cultural studies » lorsqu’ils soulignent le poids des cultures. Le décodage des gens n’est pas uniforme et il ne sera pas uniforme tant qu’il existe différentes cultures, différents peuples dans le monde. L’idée de la  transformation sociale et culturelle des sociétés du sud par une mondialisation de la communication nous paraît faible.

                                    En Algérie les politiques restent attacher à l’idée d’une mono culturelle, mais cette vision est mal adaptée à l’époque contemporaine. Lorsqu’on voyage à travers le pays, on remarque que plusieurs cultures et traditions sont présentes sur l’espace algérien, côte à côte, et parfois métissées. Il faut donc procéder à des réajustements : la culture algérienne n’existe pas en tant que telle, ce qui existe ce sont des cultures algériennes ! Le fossé est plus large entre le Sahara et le nord  du pays qu’avec les pays limitrophes du sud. La télévision algérienne, qui couvre théoriquement l’espace étudié, vit un paradoxe : d’une part elle s’oriente avec sa classe dirigeante vers l’Occident en ce qui concerne le développement d’un projet de société, basé sur la « modernité à l’occidentale » pour ne pas dire l’occidentalisation, et d’autre part elle s’oriente vers l’affirmation de la personnalité arabo-musulmane conservatrice, portée par les classes populaires et les chouyoukhs[6]. Ce rappel historique et culturel est nécessaire car nous pensons que les peuples sont des mélanges de populations. La mondialisation de la communication est peut-être en train de créer une nouvelle forme d’identité et une nouvelle forme de communication. Mais on ne va pas vers une hybridation de la culture mondiale et les populations réagit à la mondialisation télévisuelle en utilisant la culture locale comme outil de résistance. Cela peut être bien exploité par les mouvements fondamentalistes, néo-communautaires (repli sur les identités anciennes) et conservateurs. La théorie du choc des  civilisations de Samuel Huntington[7] , auteur conservateur, avait  fait beaucoup de bruit, enfin, pour finalement, peu de chose. Cherchant un ennemi après la chute du mur de Berlin, il pensait que une nouvelle guerre  culturelle, identitaire, civilisationnelle opposerait l’occident  aux  autres civilisations. C’est une thèse très faible scientifiquement qui a était exploitée pour des enjeux politiques et économiques par certains courants surtout américains.  Nous avons souhaité faire ce détour par la question de la mondialisation  pour mieux comprendre les enjeux  stratégiques de l’Etat et les enjeux des chaînes satellitaires qui émettent du ciel en continu, et les tactiques des populations locales sahariennes pour s’approprier, s’adapter ou  résister à cette mondialisation télévisuelle qui n’est pas neutre.  


[1] Voir Henri-Pierre JEUDY, Maria Claudia GALERA, Nobuhiko GAWA, l’effet transculturel, Paris, Ed L’HARMATTAN, 2008,p. 10-18

[2] Samuel Philips Huntington,  le choc des civilisations, Ed  Odile Jacob, Paris,  2000,545 pages

[3] Yoshihiro Francis Fukuyama,
La Fin de l’histoire et le dernier homme,
Paris,  Ed Flammarion, 1993,448 pages
 

[4] Jan NEDERVEEN PIETERSE, 2007 Ethnicities and Global Multiculture, pants for an octopus:
Oxford, Ed 
Rowman & Littlefield 2007, 256 pages

[5] Régis DEBRAY, vie et mort de l’image, Paris, Ed Gallimard, 1992, P. 411-412

[6] « Chouyoukh » pluriel de cheikh, ce sont les guides spirituels locaux, généralement des connaisseurs de la théologie islamique, et ils tirent leur légitimité de l’authenticité et du  savoir local  propre à chaque sphère culturelle, dans le respect total des populations locales.   

[7]Samuel Huntington, Qui sommes-nous? : Identité nationale et choc des cultures, Paris, Ed : Odile Jacob, 2004 ,397 pages

Anciens sujets »






Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 16 articles | blog Gratuit | Abus?